Jeudi 17 octobre - Une soirée au musée Roybet Fould « Le pavillon de Haïti-Hawaï à La Garenne-Colombes »

Conférence de Philippe Le Port, passionné d’art et d’histoire
Dans le cadre de la future exposition « Montages et remontages : architectures éphémères des Expositions universelles au XIXe siècle » présentée à partir du 13 novembre au musée, Philippe Le Port viendra présenter l’histoire du pavillon d’Haïti-Hawaï construit pour l’Exposition de 1889 et remonté à La Garenne-Colombes.
À 18 h - Musée Roybet Fould
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Renseignements et réservations (conseillées) : 01 71 05 77 92

Divertissements et attractions

Répondre


Afin d’empêcher la création automatisée de comptes, nous vous demandons de réussir le défi ci-contre.
Smileys
:D :) :( :o :shock: :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen:

Les BBCodes sont activés
[img] est activé
[flash] est désactivé
[url] est activé
Les smileys sont activés

Revue du sujet
   

Si vous souhaitez joindre un ou plusieurs fichiers, complétez les indications suivantes.

Étendre la vue Revue du sujet : Divertissements et attractions

Divertissements et attractions

par worldfairs » 11 avr. 2017 08:35 am

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

Comme pour toutes les autres expositions universelles depuis le tournant du siècle, le parc d'attractions fut aussi pour la Century of Progress un pôle incontournable. A des fins didactiques culturelles pour le public, l'équipe organisatrice autour de Nathaniel Owings fit construire des reproductions de différents bâtiments historiques : un vieux temple chinois, qui avait servi de résidence d'été à l'Empereur de Mandchourie, la maison natale du premier Président américain Abraham Lincoln et enfin le Fort Dearborn, noyau d'origine de la ville de Chicago.

Les états étrangers contribuèrent aussi à rendre vivant cet événement culturel. Pour constituer le village belge, on avait effectué des moulages en plâtre des façades de maisons moyenâgeuses et baroques et construit un ensemble architectural de décors de théâtre derrière lesquels se dissimulaient des restaurants et des cafés. Les danses folkloriques exécutées plusieurs fois par jour en costumes traditionnels belges étaient le point fort de l'attraction du village.

Au-delà, commençait ce que l'on appelait 'Midway' la zone de divertissements, d'après le modèle de l'exposition de 1893, qui proposait toutes sortes d'amusements : présentation de serpents, cirque de puces jusqu'au spectacle de strip-tease très décrié de la vedette Sally Rand, qui fut d'ailleurs menacée de peine d'emprisonnement. D'autres représentations de danses de pays exotiques, déjà présentées lors d'expositions universelles précédentes, trouvèrent ici aussi un bon accueil. Dans les Rues de Paris se côtoyaient de grands bistrots et cabarets, des boîtes de nuit, des peepshows, un camp de nudistes et des maisons de jeu. Certains de ces établissements durent être fermés par les autorités de la ville pour atteinte aux bonnes mœurs. Cependant, à l'automne 1933, la bière ne manqua pas de couler à flot pour célébrer la fin de la prohibition.

Spécialement pour les enfants, on aménagea une immense aire de jeux avec des manèges, un chemin de fer miniature et un parcours pour des promenades à dos de poney, c'était l'île enchantée, 'Enchanted Island'. Une équipe d'animateurs qualifiés encadraient les enfants qui pouvaient jouer avec un théâtre de marionnettes ou emprunter des livres dans la bibliothèque jeunesse. Les enfants devenaient eux-mêmes partie intégrante de l'exposition puisque l'on pouvait observer en situation réelle comment se pratiquaient les méthodes les plus modernes en matière d'éducation.
L'exposition 'A Million Years Ago' avait également des visées didactiques : elle proposait des dioramas, des figures en plastique grandeur nature animées mécaniquement qui représentaient les êtres vivants du paléozoïque évoluant dans leur milieu naturel. Les visiteurs se déplaçaient le long des objets exposés sur des tapis roulants. Mais cette animation ne remporta pas le succès escompté, car la raffinerie de pétrole Sinclair présenta gratuitement dans son pavillon d'entreprise des dinosaures animés.

Haut