Gagnez un séjour à l’Expo de Dubaï 2020

Chaque semaine, l'organisation de l'Exposition de Dubaï 2020 vous offre une formule 3 jours pour l’Expo pour deux personnes, comprenant :
• deux billets 3 jours pour l’Expo 2020
• deux billets d’avion aller-retour Emirates en classe économique
• trois nuits pour deux personnes dans un hôtel Address Hotels and Resorts (Emaar Hospitality Group)

Bonne chance
Participer

L'Exposition universelle d'Aïchi s'achève sur un succès

Répondre


Afin d’empêcher la création automatisée de comptes, nous vous demandons de réussir le défi ci-contre.
Smileys
:D :) :( :o :shock: :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen:

Les BBCodes sont activés
[img] est activé
[flash] est désactivé
[url] est activé
Les smileys sont activés

Revue du sujet
   

Si vous souhaitez joindre un ou plusieurs fichiers, complétez les indications suivantes.

Étendre la vue Revue du sujet : L'Exposition universelle d'Aïchi s'achève sur un succès

L'Exposition universelle d'Aïchi s'achève sur un succès

par philippe » 26 sept. 2005 02:09 pm

NAGAKUTE (AFP) - Ouverte le 25 mars avec un objectif de 15 millions d'entrées, l'Exposition Universelle 2005 d'Aïchi (centre du Japon) s'achève dimanche après avoir reçu 22 millions de visiteurs, à 95% Japonais, dont beaucoup ont effectué des visites à répétition.

"Je suis là aujourd'hui pour la neuvième fois. Je vis à Nagoya (à 45 minutes en train) et je voulais voir le maximum de pavillons", indique un jeune Japonais ne souhaitant pas donner son nom. Il est loin d'être un cas isolé.

Environ la moitié des visiteurs d'Aïchi sont venus sur le site deux fois au moins, selon les organisateurs.

Quelques uns, munis d'un billet permanent, ont arpenté l'immense espace aménagé en pleine nature plus de 60 fois. En tout 14% s'y sont baladés à plus de cinq reprises, selon les chiffres officiels.

"Je m'intéresse à la culture et à la pensée des autres pays, je suis donc venue en découvrir une partie ici durant mes loisirs", justifie Naoko, une salariée de 26 ans, résidente de Nagoya qui a parcouru l'Expo durant dix journées en tout avec son "passeport illimité".

Placée sous le thème de "la sagesse de la nature", l'exposition avait démarré sous un flot de critiques, en raison notamment de l'interdiction d'apporter ses propres boissons et en-cas sur le site, de la sécurité tâtillonne ou encore des temps d'attente interminables.

Mais le rythme des visites s'est rapidement accru. Et l'exposition achève son parcours avec une moyenne de 220.000 entrées par jour, contre 60.000 dans les premiers temps. En moyenne, chaque visiteur a passé près de sept heures sur place (dont une grande partie à faire la queue devant les pavillons).

Les pavillons les plus remarqués ont été ceux du constructeur automobile Toyota avec son ballet de robots humanoïdes, celui de la France, auquel participait le maroquinier de luxe Louis Vuitton, celui de la Croatie qui a été la révélation inattendue, ou encore la pièce où trônait le squelette d'un mammouth.

"Le public a fait preuve d'une extraordinaire patience. Il fallait attendre partout. Et hélas, on n'y pouvait pas grand chose. C'est mathématique, question de capacité d'accueil et de gestion des flux", souligne Bernard Testu, président du Collège des commissaires.

Toutefois, si Aïchi a permis un dialogue entre Japonais et exposants venus de 128 pays, la proportion de 10% de visiteurs étrangers initialement visée n'a pas été atteinte. Il n'y en aura eu que 5%.

"Il ne faut pas regarder en proportion mais en valeur absolue: cela fait environ 1 million de personnes", se félicite Toshio Nakamura, secrétaire général de l'Association japonaise de l'Expo 2005.

"Compte-tenu du fait que le Japon est un archipel isolé et que le coût de la vie y est extrêmement élevé, c'est un bon résultat. Il était impossible de faire mieux", renchérit Ole Philipson, président du Conseil international de l'Exposition Universelle.

Même si les organisateurs ont enregistré la participation de 1.200 journalistes accrédités oeuvrant pour 250 médias, nombre dir reçu 'étrangers rencontrés sur place disent qu'ils ignoraient l'existence d'Aïchi avant de venir au Japon. Certains en sont sortis parfois frustrés.

"Il y avait beaucoup d'idées intelligentes et de belles choses, mais globalement cela manquait d'explications. Du coup le sens n'était pas évident à comprendre. C'était un peu trop ludique. La barrière de la langue était aussi un vrai problème", conclut Margareth, une visiteuse canadienne.

Haut