Retour - Liste Pavillons

Forêts, de la Chasse et de la Pêche


Forêts, de la Chasse et de la Pêche à l'exposition de Saint-Louis 1904

Architecte(s) : Masqueray

Les forêts sont d'une importance si capitale dans ces contrées nouvellement peuplées: la chasse et la pèche, favorisées par l'immensité des espaces et la quantité des lacs et des fleuves larges comme des bras de mer, y jouent un si grand rôle dans la vie économique qu'on en a fait l'objet d'une Exposition aussi vaste qu'intéressante par ses côtés pratiques.

Le même bâtiment contient les Expositions des trois branches : Forêts, Chasse et Pèche.

Ses dimensions sont de 400 pieds de large du nord au sud sur 600 pieds de long de l'est à l'ouest. Il couvre plus de deux hectares et s'élève à environ 300 mètres à l'est de Skinker road et à une quarantaine au sud de Forsyth Avenue à l'ouest du pavillon de France.

Il a été dessiné par M. Masqueray.

L'architecture en est facile, sans complication.

Un soubassement assez élevé porte l'édifice. Les murs sont constitués par des nus importants.

Au-dessus des entrées principales s'ouvre une grande fenêtre à sommet triangulaire, coupée de meneaux carrés larges comme des panneaux et faisant trois croisées, deux plus petites de chaque coté.

Toutes les fenêtres donnant sur la façade sont à baies jumelées séparées par des meneaux.

Du côté nord s étend un portique.

Les deux grandes portes sont terminées par des frontons triangulaires, fronts incomplets, sans corniche se continuant : elles sont surmontées, de chaque côté de belvédères ronds, décorés de drapeaux.

Des paratonnerres fichés dans des culs de lampe servent d'ornementation.

Les ailes des côtés est et ouest sont plus élevées que le centre. Les toits plais tombent en deçà d'une corniche modillonnée presque crénelée.

Architecture de marché, de halle centrale, plutôt alimentaire que forestière, c'est-à-dire que la chasse et la pèche ont contribué à l'inspiration de l'oeuvre pour une plus grande part que les bois, et que, si l'on est sur, à l'aspect de l'édifice,d'y trouver du gibier et du poisson, ou ne s'attend pas à y rencontrer les échantillons des arbres
les plus divers et les plus rares, les essences les plus complètes de la sylviculture.

Les couleurs out apporté leur concours et les briques vernissées, les mosaïques, les peintures enjolivent coquettement l'édifice et lui donnent un certain cachet artistique.

Ses abords ont été très soignés; les arbustes feuillus, les massifs verts, les gazons en bordure lui forment un entourage très attrayant.

L'intérieur, d'aménagement et d'édification parfaits, est très orné; le luxe des pavillons, les trophées, l'éclat des couleurs, les vasques et fontaines sculptées qui se trouvent de toutes parts en font une promenade agréable, réjouissent les yeux et reposent.

La lumière vient des grandes fenêtres qui occupent la majeure partie des façades, et aussi par les ouvertures ménagées dans le toit.

La nef centrale mesure 25 mètres de largeur. Les quatre ailes plus petites, dont deux de chaque côté, ont une quinzaine de mètres.

Une pièce contenant des sièges pour 600 personnes y est réservée.

L'Exposition est complète. Elle comprend, pour les forets, les collections de graines et cueillettes, les produits forestiers indigènes ou exotiques, l'attirail pour la culture des arbres et les différents procédés de manipulation. Elle embrasse aussi le coté technique, botanique et topographique des forets, travaux de terrassement et de plantation, caries, plans, livres.

Rien ne manque de ce qui concerne la chasse et la pêche.

Des réservoirs, les aquariums sont installés montrant des poissons vivants et des animaux aquatiques. Au entre, un bassin circulaire de 40 pieds de diamètre sur 1 mètre et demi de profondeur contient des spécimens marins.

On y revoit la plus infinie variété d'oiseaux vivants et de taxidermes, en même temps que des dessins, peintures, journaux, illustrations d'histoire naturelle.

©Exposition internationale de Saint Louis 1904. Rapport général