Retour - Liste Pavillons

Etats-Unis


Etats-Unis à l'exposition de Paris 1900

Architecte(s) : Coolidge et Morin-Goustiaux

La grande République américaine, dont l'histoire est encore récente, ne pouvait avoir la prétention de rivaliser au point de vue des souvenirs d'art avec les vieux pays d'Europe; elle n'a pas nono plus de style d'architecture.
Elle s'est donc contentée d'édifier un élégant pavillon debelles proportions, sorte de temple dédié à la Liberté et à son hardi défenseur, le grand Washington.
la façade du principale de ce pavillon, tournée du côté de Seine, se composait d'un arc de triomphe orné de grandes colonnes corinthiennes qui supportent un quadrige tout enluminé d'or, représentant la déesse de la Liberté sur le char du Progrès. Sous l'arche triomphale se dressait, sur un piédestal, une statueéquestre de George Washington. En arrière du portique s'ouvrait la porte principale dui donnait accès dans le pavillon et dont la voussure de la baie était décorée de peintures allégoriques.
L'ensemble de la construction, entièrement en bois revêtu d'une épaisse couche de staff, était dominé par un dôme cannelé au sommet duquel un aigle énorme étendait ses ailes dorées.
Mais l'originalité de cet édifice résidait dans le fait que, sous cette apparence monumentale, il nous présentait à l'intérieur le confortable aménagement d'une luxueuse habitation américaine moderne, ou plutôt d'un club, d'un cercle aristocratique. Le pavillon ne comportait en effet aucune exposition et quoique ses portes furent largement ouvertes à tous les visiteurs, il était plus spécialement destiné à servir de lieu de réunion aux Américains venus à Paris pour l'Exposition. C'est ainsi qu'il renfermait des salles de lecture, des salons, des cabinets de travail. Le rez-de-chaussée se composait d'un vaste hall dont la coupole était décorée d'armoiries sur lesquelles étaient inscrits les noms des présidents des Etats-Unis, et de peintures dont les sujets étaient empruntés à l'histoire de la République. On y trouvait également un bureau de poste américain, un cabinet de lecture, un salon de réception et un fumoir. Aux étages supérieurs, qui étaient desservis par deux ascenceurs et par quatre escaliers, étaient installés les divers salons de reception et ceux réservés aux commissaires des différents Etats américains, aux membres du jury, à la Légion loyale, ordre officiel américain, à la chambre de commerce américaine de Paris.
Ces diverses pièces étaient meublées avec une grande originalité et un goût très fin; elles méritaient d'être visitées et on admirait surtout le bel aménagement de la salle de lecture de l'Etat de Califronie qui fournirait un farmant modèle pour une salle à manger de villa ou de château.

Louis Rousselet - L'Exposition Universelle de 1900 - Libairie Hachette & Cie - 1901