Retour - Liste Pavillons

Manufactures de l'Etat (Tabacs, Allumettes)


Manufactures de l'Etat (Tabacs, Allumettes) à l'exposition de Paris 1900

Presque tous les pays où l'industrie du tabac est libre exposaient la gamme de
leurs cigares, du blond pâle au brun foncé, de toutes les formes et de tous les prix.

Les tabacs sont généralement de plus en plus forts à mesure que l'on descend vers le Midi ; les peuples du Nord lui demandent l'engourdissement plutôt que l'excitation.

Comme nous jouissons du régime du monopole, l'exposition française était limitée au grand pavillon construit par les Manufactures de l'Etat, au pied de la tour Eiffel. Il servait de démonstration internationale de la bonne volonté du contribuable français. On y voyait fabriquer les allumettes les plus chères et les plus mauvaises du monde et mettre en paquets le tabac de quatre ou cinq fois le plus cher du monde.

Le monopole des tabacs fut institué par décret du 29 décembre 1810 ; il n'a fait que peser de plus en plus lourdement, car le kilogramme moyen, qui était vendu en 1817 environ 5 francs le kilogramme, est maintenant délivré au consommateur au prix moyen de 10 francs, c'est-à-dire au double. Cela n'a point empêché la consommation de croître sans arrêt; elle dépasse aujourd'hui 39 millions de kilogrammes par année. Quant aux bénéfices de l'Etat, les voici :
Vente des dix dernières années. 3.810.000.000 fr.
Frais de fabrication 665.000.000 fr.
Bénéfice net 3.145.000.000 fr.
C'est une industrie qui gagne plus de 80 centimes quand elle vend pour 1 franc de marchandises ! Devant de pareils résultats, le Ministère des Finances devrait servir un peu mieux sa clientèle résignée.