Retour - Liste Pavillons

Manufactures Nationales


Manufactures Nationales à l'exposition de Paris 1889

L'Exposition des manufactures nationales occupe, au Champ de Mars, la place d'honneur dans le pavillon central, à l'entrée même du Palais des industries diverses.
Les manufactures appartenant à l'Etat administrées par ses soins et sous la direction d'hommes nommés par lui sont au nombre de quatre : Sèvres, les Gobelins, Beauvais, La Mosaïque.
Le budget annuel des manufactures de l'État s'élève actuellement à 997,320 francs ainsi répartis :
Sèvres........................ 624.450 fr.
Les Gobelins................... 231.520 -
Beauvais...................... 116.350 —
La Mosaïque................... 25.000 —
Les œuvres exécutées sont destinées à orner les édifices et les palais nationaux, à figurer dans les collections de l'État ou à être données, par le gouvernement, en cadeaux à des souverains étrangers.
Les manufactures sont, en outre, autorisées à vendre certaines pièces à des particuliers. En ce cas le produit de la vente est versé au Trésor.
Bien que réunies ensemble, les manufactures, pour les récompenses à accorder aux artistes et ouvriers, sont classées chacune dans le groupe de l'industrie à laquelle elle se rattache.
L'éloge de ces établissements n'est plus à faire ; leurs marques sont connues dans le monde entier et la valeur de leurs produits est inestimable.
Sèvres.
On sait quels merveilleux chefs-d'œuvre sont exécutés à la manufacture de Sèvres; ce que l'on sait moins, ce sont les origines de cet art aujourd'hui si parfait.
Les premières porcelaines européennes ont été fabriquées à Florence en 1580.
Au XVIIIe siècle on commença à imiter en France les porcelaines chinoises. En 1740 on créa la manufacture de Vin-cennes qui prit sous Louis XV, grâce à Mme de Pompadour, une extension rapide.
Cette manufacture fut organisée définitivement en 1753, elle prit le nom de Manufacture royale de la porcelaine de France et marqua ses pièces au chiffre du roi.
En 1756, la manufacture fut installée à Sèvres ; depuis lors elle n'a fait que prospérer.
L'exposition de Sèvres comporte 440 numéros.
La porcelaine dure, les biscuits et flamblés, la grosse porcelaine, la porcelaine tendre nouvelle y sont brillamment représentés.
De nombreux vases, des services de table et quelques cassolettes tout à fait remarquables fixeront longtemps l'attention des visiteurs.
Les Gobelins.
En haut de l'escalier qui conduit à la galerie intérieure du dôme se trouve l'exposition des manufactures de tapisserie.
Les Gobelins, originaires de Reims, vinrent s'installer en 1450 sur les bords de la Bièvre. Ils s'établirent teinturiers, et leur réputation grandit rapidement à cause d'une certaine couleur incarnat dont ils avaient le secret.
Des ouvriers flamands établis ensuite dans leur immeuble qui garda le nom des Gobelins, ajoutèrent à l'industrie de la teinture la fabrication des tapisseries de haute lisse.
En 1662 Louis XIV, sous l'inspiration de Colbert, rendit un édit par lequel la manufacture de l'hôtel des Gobelins devait s'appeler désormais Manufacture Royale des Meubles de la Couronne.
Les premières tapisseries pour le compte du roi ont été fabriquées à cette époque.
Après avoir été fermée plusieurs années, la manufacture fies Gobelins fut ouverte de nouveau en 1699; depuis elle n'a plus chômé.
Une partie de l'exposition des Gobelins a été réservée à l'outillage et aux procédés de l'école de tapisserie qui est assez sérieuse, puisque l'apprentissage y dure deux ans.
Des laines et des soies rangées en ordre et dont les nuances vont en se dégradant insensiblement montrent la perfection où est parvenu l'art de la teinture. Parmi les tapisseries, il faut citer les panneaux destinés à l'Elysée et à la Bibliothèque Nationale, n081 à 17 et 20 ¿23.
La Savonnerie.
La manufacture de la Savonnerie est une dépendance des Gobelins. Fondée au Louvre en 1605, elle dut son nom à une ancienne usine de savons où elle fut transportée par Henri IV pour l'imitation des tapis d'Orient.
En 1626, elle rivalisait avec les Gobelins.
Mais à côté de la direction artistique, la Savonnerie avait une direction religieuse, de là une dualité d'autorités qui occasionna de graves désordres. Colbert fut forcé de réunir la Savonnerie aux Gobelins.
Citons cinq panneaux destinés à l'Elysée- — nos 37 à 41.
Beauvais.
Un sieur Hynart obtint de Louis XIV un privilège lui concédant l'exploitation d'une manufacture qu'il fonda à Beauvais. En d'autres mains, la manufacture prit rapidement une importance considérable. Elle reçut une subvention de l'État moyennant la fourniture annuelle d'une tapisserie au roi. C'est ainsi qu'elle devint nationale.
La manufacture de Beauvais compte actuellement quatre ateliers, dont l'un est spécialement affecté aux élèves. Une commission spéciale donne son avis sur tous les travaux à exécuter et sur les œuvres terminées. Parmi les tapisseries exposées, signalons deux panneaux représentant les Quatre Saisons (nos 11 et 12), quelques feuilles de paravent, des meubles et des écrans de cheminée.
La Mosaïque.
A l'entrée de la galerie des Industries diverses se dresse la PORTE MONUMENTALE exposée par la manufacture nationale de Mosaïque.
La mosaïque est un art très ancien qui fut beaucoup employé au moyen âge pour la décoration des cloîtres et des couvents.
François Ier fit venir en France des spécialistes d'Italie d'où l'art de la mosaïque paraît être originaire. La manufacture nationale de Mosaïque a été fondée en 1876, en vue de la mosaïque décorative et de la restauration des mosaïques appartenant à l'État.
Il existe un atelier spécial d'apprentissage attaché à la manufacture.
Outre la PORTE MONUMENTALE, la manufacture de Mosaïque expose une colonne destinée à la Cour de l'École des Beaux-Arts.

© Guide Bleu du Figaro et du Petit Journal 1889