Retour - Liste Pavillons

Principauté de Monaco


Principauté de Monaco à l'exposition de Paris 1889

La petite principauté de Monaco, qu'on a si justement surnommée le paradis de l'Europe, a voulu, elle aussi, prendre part à la grande lutte commerciale du Champ de Mars. Elle, y occupe naturellement une petite place, mais elle l'occupe très honorablement.

Il n'y a pas eu de crédits officiellement accordés à Monaco; mais la Société des Bains, d'une part, plusieurs Sociétés particulières d'autre part, ont fourni des crédits assez élevés pour permettre l'édification du très élégant Pavillon de la principauté de Monaco. Ce pavillon qui couvre une superficie de 300 mètres carrés, s'élève à gauche de la Tour Eiffel, non loin du théâtre des Folies-Parisiennes. C'est une élégante construction de style italien, gaiement bariolée de rouge et de blanc, et qui fait le plus grand honneur à l'architecte, M. Janty. Les quatre tourelles, qui surmontent la toiture, la terrasse sur laquelle s'élève le soubassement, tout rappelle aux visiteurs le pays du soleil. Cette impression est encore augmentée par les palmiers, les plantes grasses, en un mot par toute l'exposition florale de la Principauté qui s'étale à l'entour du bâtiment. Les médaillons et les terres cuites qui ornent l'intérieur et les façades sont également des produits de l'industrie monégasque. Il en est de même des vasques placées devant la serre qui sont exposées par la Société industrielle et artistique de Monaco.

A l'intérieur du pavillon, nous trouvons 36 exposants dont les produits se répartissent dans 27 classes. Les principaux d'entre eux sont les produits de parfumerie (eaux de Cologne et eaux d'Iris) les produits pharmaceutiques (sirops d'eucalyptus et de caroube) de nombreux échantillons d'horticulture et d'arboriculture. Puis après les poteries et les faïences décoratives qui ont véritablement un caractère très spécial, nous arrivons à l'exposition du prince Albert de Monaco, qui est non seulement le clou de l'exposition monégasque, mais certainement une des choses les plus curieuses de l'Exposition. Le prince héréditaire de Monaco est, on le sait un explorateur des plus distingués. Le récit de ses explorations a été publié par lui dans la Revue des Deux Mondes, et la façon dont le prince a su fixer la route parcourue par le Gulf-Stream est une des belles œuvres scientifiques de notre temps.

L'exposition du prince Albert, dans le pavillon de Monaco, comprend une collection de plantes sous-marines, résultat des recherches qu'il a faites au fond de la mer aux environs des Açores; il y a aussi des poissons fabuleux, des crevettes d'un mètre de long, que l'on voit à côté des engins et des instruments qui ont servi à les apporter à la lumière. Nous sommes convaincus que cette collection intéressera tout autant le grand public qu'elle a intéressé le public savant. Et on quittera le pavillon de Monaco, convaincu que la Principauté ne fera qu'augmenter, dans l'avenir, ses ressources industrielles et commerciales qui sont en pleine voie de développement.

© Guide Bleu du Figaro et du Petit Journal 1889