Retour - Liste Pavillons

Japon


Japon à l'exposition de Paris 1889

Le Japon n'a pas consacré moins de 650,000 francs à son Exposition qui, disons-le vite, est absolument magnifique particulièrement réussie.

Il faut en féliciter M. le vicomte Tanaka, son representation officiel à Paris, M. Yanagya, le commissaire général, leurs aimables et habiles auxiliaires : MM. Narushima Oshikawa, etc. Mais il faut féliciter aussi M. Ch. Gauthier l'architecte de la section japonaise, qui a merveilleusement tiré parti des spécimens d'art japonais qu'il avait à encadrer et à faire ressortir.

Voyez, plutôt, la façade donnant sur l'avenue de Suffren puis, à droite de l'entrée, les deux portes d'une habitation seigneuriale et le fragment de l'architecture des temples japonais, puis encore, à gauche, l'entrée d'un château Daïmio,

Couvertures, bois, pierres, tout ici est japonais — et du xvie siècle. La porte en bois de Klyaki sculpté est chef-d'œuvre. Porte, tableau, cadre laqué, caractères bronze ont été envoyés du Japon et mis en place par ouvriers japonais.

Entrons cependant. Dès le vestibule, l'enchantement commence avec deux peintures de Henri Matto, un artiste français qui a su très bien utiliser les documents du Nippon, A côté des écussons de Daïmio (xvie siècle). Portes et m sont recouverts de maku, portières de crêpe, violet et blanc, tandis qu'à l'intérieur des galeries un exquis papier japonais, avec frises en bois de sugi, couvre toutes parois.

Signalons seulement, faute de place, la forme des vitrines et leurs bois sculptés, puis le salon central aux bois non moins beaux, aux tapis de cocons sauvages. Là, des soieries, des porcelaines, des cloisonnés, des laques, des sculptures, mille richesses arrêtent et retiennent.

Au sortir de cet éblouissement, si nous passons au contenu des vitrines, si nous étudions de près ces 1,500 mètres carrés non compris le vestibule), nous connaîtrons le Japon tout entier et nous aurons épuisé notre enthousiasme en arrivant, au bout des galeries, devant les torii, portes d'entrée de temple exquisement décoratives. Aussi reviendrons-nous le lendemain et les jours suivants pour voir, dans les galeries, les stores, les étoffes, tout ce qui nous échappe dans le papillotement de notre première visite.

Il y a en effet 596 exposants japonais, 8 groupes et 58 classes. Dans le nombre, on remarquera celle où le Japon étale ses immenses progrès au point de vue de l'instruction publique.

© Guide Bleu du Figaro et du Petit Journal 1889