Retour - Liste Pavillons

République Dominicaine


République Dominicaine à l'exposition de Paris 1889

Architecte(s) : Courtois, Suffit

C'est la première fois que cette toute petite république figure à une Exposition, mais on peut dire qu'elle a su conquérir du premier coup un rang très honorable. Il est vrai qu'elle a la bonne fortune de posséder comme ministre à Paris M. le baron de Alméda qui est un homme d'esprit et de bon goût, et — ce qui ne gâte rien — fort riche.

Le pavillon de la république Dominicaine, construit par MM. Courtois et Suffit, architectes, occupe une superficie de 200 mètres environ. La dépense s'élève à une cinquantaine de mille francs fournis tant par la République que par des particuliers et des membres du Comité dont M. le baron de Alméda est le président.

Les visiteurs trouveront dans l'intérieur de ce coquet pavillon des échantillons de tous les produits du pays; bois des îles, cafés, cacao, sucres, tabacs, minerais, cires, etc., et, ce qui est plus digne de remarque, des produits fabriqués, tels que savons, rhums, alcools, etc.

Les différents districts de la république Dominicaine : Santo-Domingo, Puerto-Plata, Samana, Azua, Bayahouda, etc., ont tenu à honneur de prendre part à cette Exposition, ce que n'ont pas dédaigné de faire non plus un grand nombre de négociants du Havre et de Paris qui sont en relations d'affaires avec ce pays.

© Guide Bleu du Figaro et du Petit Journal 1889


Cette partie de l'île d'Haïti ou Saint-Domingue, était autrefois, sous le nom d'Hispaniola, dans un état très grand de prospérité. Elle s'étend sur les deux tiers de l'île.

La capitale, Santo-Domingo, qui aujourd'hui compte 12,000 habitants, était une ville superbe construite en 1496,peu après l'arrivée de Christophe Colomb qui débarquait à San-Salvador, nommé Guanahani, le 12 octobre 1492, Christophe revint en Espagne en passant par Cuba, Haitï et Porto-Rico. Il a laissé de nombreuses traces de son passage dans l'île Saint-Domingue.

L'Etat, qui correspond à l'ancienne colonie espagnole et compte aujourd'hui 150,000 habitants, a voulu prendre part au grand tournoi commercial international de l'Exposition, sur l'initiative de son ministre à Paris, M. le baron de Alméda, à qui revient une bonne part du succès de celte exposition particulière, qu'il a su présenter avec une intelligence rare.

Car cette exposition est doublement intéressante. D'abord par ses produits, et surtout par la preuve que cette contrée fait tous les efforts nécessaires pour retrouver sa splendeur d'autrefois. Que les révolutions politiques cessent, et l'avenir s'annonce brillant pour la République Dominicaine !

En effet, il y a là, non seulement les produits naturels, mais encore les produits de véritables industries, très importantes.

Il y a d'abord une fort belle exposition de bois, surtout du bois d'ameublement : de l'acajou, du thuya, du bois de coabanilla, bois dur semblable au poirier, du bois de sangano et de quebrahacha, qui peuvent lutter avec les plus beaux palissandres. Dubois de gayac, qui sert à faire les roues de gouvernail de bateaux.

Le centre de l'île, très montagneux, comprenant le massif de Cibao dominé par le pic de Yaque, contient des quantités de mines diverses. Le sol est cultivable jusqu'en haut de ces montagnes volcaniques.

Il y a des mines de sel gemme, des phosphates et surtout des mines de quartz aurifère, lesquelles sont très riches en matières précieuses.

C'est ainsi que les quartz aurifères de la concession Mana, contiennent 39—92 — et jusqu'à 300 grammes d'or par 1,000 kilogrammes et ceux de la concession Santa-Rosa : 650 grammes d'or par 1,000 kilogrammes.

Ces diverses mines sont toutes groupées autour de la ville de Santo-Domingo. Au nord, les concessions Mana et Isabella, au nord-est la concession Anacona, au nord-ouest la concession Santa-Rosa.

Les alluvions de la rivière Isabella sont également aurifères. Plusieurs photographies montrent les nègres faisant le lavage de ces alluvions, pour en retirer les petites pépites d'or. Il y en a même d'assez grosses, retirées ainsi ; une de celles exposées a le diamètre environ d'une pièce de 50 francs, mais trois fois plus épaisse.

Il y a aussi une fort belle exposition d'animaux du pays, des oiseaux au plumage éclatant, surtout employés pour les chapeaux de dames. Il y a là de quoi satisfaire tous les goûts, depuis les plus simples jusqu'aux plus excentriques. Ce sont les ibis rouges, les lophophores, les manucods, les hérons pourpres, des goélands superbes, des pélicans gris. Plusieurs maisons de Paris ont exposé ces produits de Saint-Domingue.

Et comme pendant, une autre maison a exposé la maroquinerie faite avec les peaux de crocodile, originaires de cette région également, ainsi que les derniers objets fabriqués avec l'écaillé, dont il y a de très jolis échantillons.

Mais tout cela n'est que produits naturels, passons aux produits industriels.

Il y a d'abord le sucre. L'exploitation de la canne à sucre se fait maintenant sur une très vaste échelle. Il y a plusieurs entreprises. Naturellement le rhum est aussi fabriqué en assez grande quantité, ainsi que l'alcool ordinaire.

La canne à sucre (saccharum offîcinarum) est une graminée très précieuse, car elle procure bien des choses aux indigènes. Elle a une tige haute de 3 à 4 mètres. C'est surtout dans la partie inférieure de la tige que se trouve le produit sucré dont la proportion est de 17 à 20 0/0. Le sommet de la plante, coupé avant sa floraison, sert à faire des boutures.

Outre le rhum, on retire encore de la canne une sorte de cire nommée cérosie. Il y a d'énormes blocs de cette cire dans l'exposition dominicaine. Enfin, avec les fibres de la canne, on fait des tissus, des vêtements.

Le café de ce pays est un mélange des genres bourbon et surtout de moka. C'est encore une des principales branches de commerce du pays, ainsi que le cacao.

L'industrie du savon y a fait de très grands progrès, à Samana surtout.

Indépendamment de la cire de canne, il a aussi la cire d'abeilles.

Enfin la préparation du tabac est une des branches de l'industrie la plus prospère et donne d'excellents cigares.

Les principales villes qui ont exposé sont : La Vega, Monte-Christo, Macoris, Agua, Saint-Domingo, Puerto-Plata, Samana, Moca, Santiago-Santa-Cruz.

Le général Ulises Heureaux est le président actuel de la République Dominicaine.

Bonne chance à l'industrie renaissante de cette petite République !

©Livre d'Or de l'Exposition - S. Favière.