Retour - Liste Pavillons

Isba Russe


Isba Russe à l'exposition de Paris 1889

Architecte(s) : Lutun

Après l'habitation russe de la collection de M. Charles Garnier, qui est un spécimen de maison d'une certaine richesse, il faut aller voir l'isba qui n'est qu'une chaumière et dans toute l'acception du mot, puisqu'elle est couverte en chaume.

Elle se trouve non loin de la Tour Eiffel et presque cachée dans les massifs de bouleaux et de saules pleureurs qui, tout à coté, baignent leurs branches dans le petit lac.

La construction est des plus simples, puisqu'elle est faite en troncs de sapins, mais elle est néanmoins très pittoresque.

Du reste, elle est plus intéressante intérieurement qu'extérieurement, car elle abrite une famille de ces moujiks sculpteurs qui, à Troïtz, célèbre par son couvent qui est toute une ville, et dans les autres localités à pèlerinages russes, fabriquent avec une surprenante habileté, que l'on pourrait bien appeler de l'art, les petites figures de saints et autres menus objets que l'on vend aux pèlerins, et qui sont véritablement très curieux.

Un Français établi à Moscou, M. Lutun, a eu l'idée d'exposer au Champ de Mars une collection de ces objets d'un art un peu fruste peut-être, mais d'une naïveté charmante, et c'est pour cela qu'il a fait construire la maisonnette russe que reproduit notre dessin et dans laquelle ils sont rangés, ou pour mieux dire dérangés, dans un désordre très pittoresque.

Outre deux jeunes filles en costume national qui font les honneurs de l'isba, on y voit un moujik, également en costume moscovite, qui avec un simple canif, sculpte dans le bois des petits bas-reliefs d'une finesse de travail étonnante.

©Livre d'Or de l'Exposition - Justin Carmer.