Retour - Liste Pavillons

Paraguay


Paraguay à l'exposition de Paris 1889

Architecte(s) : Moreau

Le pavillon, ou pour parler plus exactement les pavillons du Paraguay sont à double usage. Après avoir servi pour l'Exposition universelle ils seront démontés et transportés à Asuncion, capitale du Paraguay, pour être remontés et servir à une exposition de produits français.

Pour pouvoir satisfaire cette double destination, il a fallu simplifier autant que possible et n'employer aucune maçonnerie. Aussi la construction est-elle entièrement en panneaux de bois et de fer.

Cela n'a pas empêché néanmoins l'architecte de l'Exposition paraguayenne, M. Moreau, d'obtenir un très joli ensemble avec ces trois petites constructions indépendantes qui n'occupent pas plus de 150 à 160 mètres carrés de superficie, près du Palais des Beaux-Arts, du côté de l'avenue de Suffren. Ces trois constructions sont :
Un pavillon octogonal, un pavillon rectangulaire et une tourelle carrée de trois mètres, avec une hauteur totale de quinze mètres. Tout cela est capricieusement enjolivé dans ce goût mauresque, qu'on est un peu étonné de voir revenir du Sud-Amérique, mais qui n'est que le ressouvenir de la conquête espagnole.

Des dentelles de bois festonnent les portes et les toitures avancées, des colonnes torses, à feuilles de palmiers, l'appellent des motifs empruntés aux églises paraguayennes. La tourelle est si délicatement ouvragée que c'est bien plutôt un meuble en menuiserie artistique qu'un monument. C'est, du reste, un genre de construction bien propre au Paraguay: dans les premiers temps de la conquête espagnole toutes les haciendas isolées étaient pourvues d'une tourelle de ce genre, moins bien sculptée, cependant. On appelait cette tourelle un mirador, à cause du guetteur qui s'y tenait nuit et jour pour surveiller le pays et signaler l'approche des Indiens qui ne consentaient pas à se laisser coloniser.

Les portes et les grilles de ces trois constructions sont toutes fort curieuses, les unes sont en bois sculpté, les autres en fer forgé.

Dans ce cadre très pittoresque, mais d'une teinte un peu uniforme, se détachent en couleurs vives, en vert, en or, en rouge, de magnifiques vitrines dans lesquelles sont exposés les produits paraguayens, qui consistent surtout en échantillons des remarquables richesses forestières de ce pays.

Il y a aussi de très belles collections de plantes, somme toute une exposition fort intéressante qui a été l'une des premières terminées, grâce à l'activité déployée par M. Cadiot, consul à Paris et commissaire adjoint délégué de la République du Paraguay, à l'Exposition universelle.

©Livre d'Or de l'Exposition - Alfbed Grandin.