Retour - Liste Pavillons

Ponts roulants


Ponts roulants à l'exposition de Paris 1889

La Galerie des Machines ayant plus de 400 mètres de long, on peut considérer comme une promenade assez fatigante de la parcourir d'un bout à l'autre. Mais l'on peut s'épargner cette fatigue et faire sans remuer les jambes sinon tout, du moins une bonne partie de ce trajet.

Deux ponts roulants, opérant parallèlement l'un à l'autre, parcourent en effet cette galerie sur une longueur
de 300 mètres, et chacun d'eux peut emporter un chargement de 150 à 200 personnes.

Le déplacement de ces appareils est fort curieux, en ce sens que rien ou presque rien du système moteur n'apparaît.

Les ponts se composent essentiellement d'un truc, roulant sur des galets et soutenu, dans le sens de la longueur, par deux rangs de poutrelles métalliques.

Le mécanisme est situé en dehors du truc, il n'est pas le même dans les deux ponts. L'un, construit par Mégy Echeverria et Bazan, est à engrenage. L'autre, de MM. Bon et Lustrement, est actionné parle seul frottement.

Sous l'influence de la force électrique, que des conducteurs amènent depuis la cour située entre le Palais et l'avenue de la Bourdonnais, jusqu'au système de poutrelles le truc s'avance en se déplaçant dans le sens de ses grands côtés; la largeur est de 18 mètres sur 4m25 de longueur.

Pour cinquante centimes on peut s'offrir cette promenade aérienne qui dure dix minutes environ. C'est dire que les ponts marchent très doucement; il faut croire que l'on a voulu donner ces engins comme des types de translation et non comme des types de vitesse, parce que cela donnerait une assez pauvre idée de la rapidité de la locomotion électrique.

Seulement ce trajet fait en dix minutes est trop long pour un simple trajet, trop bref pour une visite aux appareils que l'on voit défiler au-dessous de soi et qui, vus de haut en bas, apparaissent écrasés et déformés.

La manœuvre de ces appareils est fort simple et n'exige qu'un mécanicien et deux aides. On avait au surplus, dès l'ouverture, un personnel tout formé pour ce service, puisque ces ponts, avant de servir au transport des voyageurs, avaient été employés à mettre en place les nombreuses machines qui garnissent le Palais des Machines, de même qu'après la clôture de l'Exposition ils serviront à déménager le môme palais de ses lourds meubles de fonte, de cuivre et d'acier.

©Livre d'Or de l'Exposition