Retour - Liste Pavillons

Japon


Japon à l'exposition de Paris 1889

Le Japon a reçu de la Corée l'art hindou avec le bouddhisme, mais c'est dans ses temples qu'on retrouve cette influence. Dans l'habitation privée, la charpente constitue l'ossature et tient la place la plus considérable, comme dans la maison chinoise. Cette préférence s'explique par la fréquence des tremblements de terre auxquels résisteraient difficilement des constructions en matériaux moins élastiques.

Les petites lattes croisées qui remplissent les vides sont tendues de papier huilé, et, à l'intérieur, des feuilles de paravent, mobiles dans des rainures, forment les cloisons intérieure et extérieure.

Le toit, en bambou ou en tuiles, s'élève sur un premier étage desservi par un balcon, dont les supports soutiennent une véranda qui abrite l'entrée de l'habitation. On dirait une jolie volière.

Le plancher, élevé d'un demi-mètre environ au-dessus du sol pour préserver de l'humidité, est recouvert de paillassons fixés dans des cadres rectangulaires, et servant à la fois de lit, de siège, de table.

L'ameublement est rudimentaire : quelques tableaux en papier, une armoire de très petite dimension, une sorte de réchaud d'hiver, un allume-pipe, des plantes et des bibelots.

© L'exposition de Paris - 1889