Retour - Liste Pavillons

Aztèques


Aztèques à l'exposition de Paris 1889

Passé ce village nous retrouvons de l'architecture, celle des peuples de l'ancien Mexique et du Pérou; c'est d'abord l'habitation aztèque qui est fort curieuse.

M. Charles Garnier s'est évidemment inspiré des temples pyramidaux, dits téocallis, que l'on a découverts, et que l'on trouve encore dans le Yucatan; mais aussi des restes de palais que l'on voit toujours dans le pays, car ici la pyramide est tronquée et s'arrête juste à temps pour que les combles soient habitables jusqu'en haut.

Toute la maison est en pierre de taille et son architecture témoigne d'une civilisation avancée, qui fait regretter qu'on ait cru devoir donner le nom d'Aztèques à ces deux avortons, tenant autant de la bête que de l'homme, que l'on a exhibés il y a une vingtaine d'années dans les cirques d'Europe.

Ces Aztèques-là n'avaient rien de commun avec les peuples qui habitaient le Mexique, lorsque Fernand Cortez vint les exterminer, sous prétexte de civiliser le pays.

L'édifice restitué par M. Garnier n'est pas sans affinité de style avec son type égyptien, ce qui ne veut pas dire que les anciens connaissaient le nouveau monde et que Christophe Colomb n'ait pas fait une véritable découverte, mais c'est un fait à constater, bien plus facilement encore pour le type inca, que nous verrons tout à l'heure.

Ici les ouvertures sont rectangulaires ou à peu près., mais la façade antérieure du demi-étage, que nous appelons chez nous entresol, est de forme trapézoïdale, comme le pignon, et encadrée comme lui d'un bandeau massif.

Il est vrai que la fenêtre qui ouvre dans ce pignon, comme celle de sur la couverture, est d'une architecture toute particulière.

Le rez-de-chaussée est séparé de l'entresol par une sorte d'auvent en pierre de taille, qui règne tout autour de la maison et qui est soutenu, de distance en distance, par des consoles en pierre.

Cela encore est spécial à l'architecture aztèque, mais cela paraît lourd dans une construction forcément petite, et dont la façade ne peut pas prendre le développement de celle d'un palais.

©Livre d'Or de l'Exposition - C. L. Huard