Retour - Liste Pavillons

Incas


Incas à l'exposition de Paris 1889

Nous retrouvons encore l'Algérie au Champ de Mars à l'Histoire de l'habitation, où M. Garnier fait figurer une maison arabe au XVIe siècle.

Ne contestons pas la date, car l'art semble être immuable dans ces indolents pays du soleil : ce sont toujours les mêmes balcons soutenus par des poutrelles, les mêmes arcades blanches, les mêmes moucharabiés de bois découpées.

Les habitations chinoise et japonaise qui suivent font assez triste figure à côté des merveilles que nous offre en ce genre l'Esplanade des Invalides; et c'est là le grand défaut de la collection de M. Gh. Garnier; l'histoire de l'habitation est partout, à l'Exposition : à la rue du Caire, à l'Indo-Chine, au Kampong javanais, aux maisons Scandinaves, aux pavillons des Amériques; et à côté des gigantesques temples hindous ou mexicains, à côté des palais — grandeur nature — que tous les peuples du nouveau monde ont élevés à grands frais au pied de la Tour Eiffel, les réductions minuscules du célèbre architecte perdent, il faut bien le dire, de leur intérêt. Pourtant la reconstitution en est consciencieuse et savante; les documents les plus rares et les plus sérieux ont été mis à contribution et M. Netto, le directeur du muséum de Rio-Janeiro, qui a installé dans la maison des Incas un petit musée des antiquités américaines, était frappé de l'exactitude merveilleuse que M. Garnier avait apportée à la construction de ces anciennes habitations des Aztèques et des Incas.

Il est curieux, ce minuscule musée : il y a là des costumes complets de Botocudos et de Chivaros qui ne tiennent pas grand'place, car ils i consistent seulement en massues et en boucles d'oreilles ; il y a des vases préhistoriques chargés d'hiéroglyphes mystérieux et presque artistiques ; on y voit aussi, dans un bocal, une horrible tête d'homme désossée et cuite au four qui n'a d'ailleurs rien de préhistorique, puisque cette atroce cuisine ne date que de deux ans à peine; on y peut aussi étudier tous les vestiges d'une religion primitive, sur lesquels nous glisserons discrètement; ceux de nos lecteurs qui ont visité le musée secret de Naples et les antiquités pompéiennes comprendront la raison de notre réserve.

© L'exposition de Paris - 1889