Retour - Liste Pavillons

Laponie


Laponie à l'exposition de Paris 1889

Les Esquimaux sont probablement, comme les Peaux-Rouges, une race américaine.

Ils habitent aujourd'hui l'extrême nord de l'Amérique, depuis la côte sud du Labrador jusqu'à l'embouchure du Fraser, le Groenland et les archipels polaires. Comme industrie, ils en sont encore à l'âge de la pierre et n'ont ni armes, ni outils en métal. Ils vivent de pèche, de phoque surtout. Dans les régions où le combustible est très rare, ils combattent le froid surtout par leur genre de vie et de nourriture. Ils activent la combustion du sang en buvant de l'huile de poisson et le sang encore chaud du phoque.

L'été, les Esquimaux habitent des tentes de peau facilement transportables, car ils sont nomades. L'hiver, ils se construisent soit des cabanes de neige, soit (et c'est le cas le plus fréquent] des huttes qui ont l'apparence d'un tertre à pans coupés et qui sont faites de mottes de terre et de pierres ; le toit plat est soutenu par des os de baleine ou des poutres. On entre dans la hutte par une porte basse, donnant accès dans un couloir concave très étroit. Au bout de ce couloir est une chambre unique, avec une sorte de lit de camp tout autour, éclairée par une veilleuse rudimentaire à huile de phoque, aérée par un orifice aménagé à la partie supérieure. Quelquefois, les Esquimaux percent dans la cloison deux ouvertures munies, en guise de vitrage, d'une baudruche faite avec l'intestin du phoque. L'odeur la plus nauséabonde s'exhala de ces taudis, dont le sol est recouvert d'un mélange infect de sang caillé, de débris corrompus et de lambeaux de poissons pourris.

© L'Exposition de Paris - 1889