Retour - Liste Pavillons

Peaux-Rouges


Peaux-Rouges à l'exposition de Paris 1889

L'habitation des Peaux-Rouges n'est qu'une sorte de tente conique, dont M. Girard de Rialle expose ainsi la construction : Un certain nombre de longues perches sont placées en cercle et se réunissent au sommet, puis le tout est couvert de peaux, sans oublier cependant de laisser libre le haut de la charpente pour donner passage à la fumée.

Cette demeure est très bien appropriée aux habitudes de races errant sans cesse à la recherche du gibier et obligées de se déplacer avec lui.

Le mobilier est naturellement des plus sommaires : quelques corbeilles, quelques pots pour la cuisine, des fourrures pour le coucher, et c'est tout.

Les relations avec les Européens y ont bien introduit quelques ustensiles nouveaux, comme des marmites de fonte, des poêles à frire, mais cela n'a aucun caractère distinctif.

Les Peaux-Rouges sont pillards et belliqueux; ils font la guerre pour la guerre, et ne sont jamais si heureux que lorsqu'ils ornent leur cabane ou qu'ils se parent eux-mêmes de scalps, c'est-à-dire des chevelures sanglantes qu'ils ont arraché du crâne de l'ennemi vaincu.

© L'exposition de Paris - 1889