Retour - Liste Pavillons

Vue de la Tour Eiffel


Vue de la Tour Eiffel à l'exposition de Paris 1889

Une carte très complète est placée sur la troisième plate-forme. Elle a été dressée par les soins de M. Eiffel par un de ses collaborateurs, M. Bourdon. Nous la reproduisons à la fin de ce guide.

Nous avons relevé sur cette carte qui est établie à 5 millimètres pour un kilomètre les localités suivantes :
Au nord: Toute la plaine est visible jusqu'à vingt-cinq kilomètres, puis Ecouen, Villiers-le-Bel, Gonesse, la forêt de Montmorency, la forêt de Carnelle, une grande partie du département de l'Oise, Neuilly-en-Tell, qui en est un des sommets, puis au delà de Clermont, Airion et Valescourt, deux communes qui se trouvent sur les limites de l'Oise et de la Somme, à soixante-dix kilomètres de Paris.

Au nord-est: La forêt d'Hallate, derrière Senlis, à soixante-quinze kilomètres de Paris. Plus près Villepinte, Le Tremblay, Danmartin, à trente-six kilomètres ; un peu avant Crépy-en-Valois à cinquante kilomètres, une longue côte, et Mareuil-sur-l'Ourcq, puis Villers-Cotterets, Plessis au Bois, et des hauteurs derrière la forêt de Villers-Cotterets, à quatre-vingts kilomètres de Paris.

A l'est : Des sommets à quatre-vingt-deux kilomètres dans la direction de Château-Thierry, un peu au nord de cette ville, Sommelans, Grisolles dans le département de l'Aisne, etc., etc. ; beaucoup plus près Neuilly-sur-Marne, Gournay, Claye, Villeparisis, Etrépilly, l'église de Meaux ; à soixante kilomètres Lisy-sur-Ourcq, les collines de la Ferté-sous-Jouarre ; puis à soixante-douze kilomètres les communes de Pierre-Levée, Lagny, Boutigny, Bois-Martin, etc.

Au sud-est : Armainvilliers, Boissy-Saint-Léger, Fer-rières, Brie-Comte-Robert, Beauvoir, Rosay, les forêts de
Crécy, de Faremoutiers, de Haute-Feuille-Malvoisine (54 kil.),. les environs de la Ferté-Gaucher à quatre-vingt-deux kilo-mètres, la forêt de Jouy à soixante-quatorze kilomètres, Mormant, Nangis, Villiers-Saint-Georges (80 kil.); puis la forêt de Sénart, Melun, le Châtelet (54 kil.), Dammarie, la forêt de Fontainebleau jusqu'à Montereau (70 kil.), et enfin, en avant de Sens, un sommet situé à quatre-vingt-huit kilomètres, Champigny-le-Chapitre.

Au sud : La Ferté-Alais et tous les environs, Males-herbes, Étampes (52 kil.), jusqu'à soixante-deux kilomètres-Boissy-la-Rivière, Fontaine-la-Rivière, Marancourt, Mondé-sir, Pussay ; et en avant d'Étampes, Chamarande, Mauchamp, Torfou, Chaufour, Brétigny, Arpajon.
Au sud-ouest : La forêt de Dourdan, Ponthévrard, la forêt de l'Ouye, les Granges-le-Roi ; en avant de Limours, Gometz-la-Ville, Gometz-le-Chàtel, Boulay, Cernay-la-Ville, Saint-Aubin, Belleville-Château ; en arrière, les clochers de Vauvrigneuse, de Sermaise, Saint-Chéron. Puis à quarante kilomètres plus à l'ouest, la forêt de Rambouillet, et derrière Dourdan un point à soixante-deux kilomètres; enfin la cathédrale de Chartres, et, derrière Chartres, un sommet à quatre-vingt-trois kilomètres.

A l'ouest : Le château de Versailles et toute la vallée qui conduit à Versailles, le fort Saint-Cyr, Trappes, Neauphle-le-Chàteau, le Perray, la chapelle de Dreux, et dans les environs de Houdan, à cinquante kilomètres, Garancières et Richebourg.

Au nord-ouest : Saint-Germain-en-Laye, Conflans, la côte des Alluets, Aigremont, Boinvilliers, la forêt de Bizy, près de la Seine dans les environs des Andelys (69 kil.), la forêt de Merey plus au nord, avant Gisors, jusqu'à cinquante-huit kilomètres, la forêt de Lyons jusqu'à quatre-vingt-dix kilomètres, Boschyon, Elbeuf-en-Bray, Montroty, et plus près, en avant de Beauvais, une longue côte qui s'étend jusqu'à Lecoudray et Saint-Germer à soixante-neuf kilomètres.

Le point le plus éloigné qui ait été relevé jusqu'à ce jour est un sommet de la forêt de Lyons à quatre-vingt-dix kilomètres.

Ce sont là, on le conçoit, des calculs qui donnent le maximum. Dans la réalité, l'horizon est toujours plus ou moins voilé par des brumes, des nuages, et il faut en rabattre beaucoup pour se mettre dans les conditions ordinaires.

Cependant, après les grandes averses, après un orage, par des vents du nord et de l'est, qui auront bien balayé l'atmosphère, la vue s'étendra bien plus loin encore que les distances que donne la carte dressée par les soins de M. Eiffel, et d'après les expériences de l'Académie des Sciences, de MM. Gaston Tissandier, Max de Nansouty, Mascart, Flammarion, etc., le cercle de visibilité approchera de deux cents kilomètres.

© Guide Bleu du Figaro et du Petit Journal 1889