Retour - Liste Pavillons

Escaliers


Escaliers à l'exposition de Paris 1889

A chacune des piles, est et ouest sont disposés, des escaliers droits de 1 mètre de largeur, avec de nombreux paliers donnant un accès très facile jusqu'au premier étage.

Au delà du premier étage et jusqu'au deuxième, dans chacune des quatre piles, un escalier hélicoïdal de 0m,60 de largeur a été disposé ; deux de ces escaliers, le deuxième et le quatrième, sont affectés à l'ascension des visiteurs et les deux autres à la descente.

Ils assurent ainsi la circulation d'environ 2,000 personnes à l'heure.
L'ascension par les escaliers. — Nous engageons beaucoup les visiteurs à faire au moins une fois l'ascension par les escaliers. Rien n'est plus curieux en effet que cette montée lente, souvent interrompue avec de brusques retours et des envolées capricieuses : elle seule permet d'étudier tous les détails de cette volière immense, aux gigantesques mailles rouges dans lesquelles on semble emprisonné.

A chaque palier, la vue se transforme et l'horizon devient plus vaste, tandis qu'à vos pieds se déroule peu à peu le Champ de Mars, cette ruche énorme avec ses parterres bruyants, ses fermes gigantesques et ses formidables galeries, qui semble s'éloigner, se confondre et s'éteindre.

Au-dessus de soi, l'immense carcasse d'un navire immense dont les amarres et les cordages seraient d'interminables traînées de fer très fin, très rond et tout rouge.

Devant soi, le long d'un plan incliné, deux rails énormes : c'est le chemin de l'ascenseur. Un peu plus haut, les caves et les cuisines des restaurants; plus haut encore, la première plate-forme.

A ce moment les enchevêtrements de fer se succèdent plus prodigieux, plus indescriptibles et plus nombreux ; les mailles deviennent plus serrées, les lignes deviennent plus bizarres, les dessins plus extraordinaires, les courbes plus légères et plus folles; puis, tout autour de soi, avec ses dômes d'or, ses flèches, son enceinte, ses colonnes et ses bois, de tous les points de l'horizon, Paris surgit.

On est arrivé au premier étage, et la fête de la vue est impossible à décrire dans ses détails éblouissants.

Cette montée est très simple ; tous les visiteurs doivent l'essayer: et si l'on veut marcher très lentement, en causant peu; si l'on a soin d'appuyer le bras droit sur la rampe, en balançant le corps d'une hanche sur l'autre et en profitant de cet élan pour atteindre chaque degré, les trois cent cinquante marches sont douces à gravir.

Il faut sept à huit minutes tout au plus.

Une recommandation : Se couvrir légèrement pendant l'ascension mais chaudement pendant le séjour sur les plates-formes.

Du premier au deuxième étage, cette même montée de-vient plus fatigante parce qu'il n'y a plus de paliers et l'escalier continue, incessant, en forme d'hélice.

Il y a 380 marches : soit environ dix minutes pour les gravir.

Du deuxième étage jusqu'au sommet, un autre escalier, de même forme que le précédent et d'une hauteur de 160 mètres; mais celui-ci est un simple escalier de service; il a 1,062 marches et n'est pas mis à la disposition du public.

Il y a un total de 1,792 marches pour l'ensemble des escaliers.

© Guide Bleu du Figaro et du Petit Journal 1889