Retour - Liste Pavillons

Pélasges


Pélasges à l'exposition de Paris 1889

L'habitation pélasgienne est bien un peu petite pour donner une idée des constructions attribuées aux Pélasges que l'on désigne assez généralement sous le nom de monuments cyclopéens ; mais au Champ de Mars il ne s'agit point d'un palais, ni d'un temple, encore moins d'une forteresse, et c'est surtout dans leurs murs d'enceinte que les peuples de l'antiquité, qui habitaient la Turquie d'Europe et la Grèce avant les Grecs, amoncelèrent l'un sur l'autre, et sans aucune interposition de ciment et de mortier, des blocs de pierres si énormes que l'on en attribue la manutention aux Cyclopes, qui d'ailleurs n'ont jamais existé que dans la mythologie.

Il est cependant probable qu'avant les Pélasges proprement dits, que les Grecs réduisirent en esclavage, il existait d'autres peuples appartenant à la période préhistorique, et il n'y a aucun inconvénient à leur donner le nom de Cyclopes, d'autant qu'on s'appuie en cela sur l'autorité de Pausanias et de Strabon.

Les archéologues distinguent, du reste, les constructions primitives, dites cyclopéennes, d'avec celles qui ont suivi et qui sont réellement les pélasgiques ou pélasgiennes, car je crois que les deux mots se disent.

C'est une maison de ce genre qu'a voulu reproduire M. Charles Garnier, mais une maison particulière; il l'a construite en blocs relativement considérables, mais de pierres taillées, comme faisaient du reste les Pélasges, bien qu'ils ne connussent point l'équerre, prétend-on; ce qui est assez difficile à croire; ils devaient avoir au moins un instrument équivalent, autrement comment seraient-ils arrivés à superposer des pierres assez exactement l'une sur l'autre, pour n'avoir pas besoin d'employer de ciment.

Naturellement, l'architecte de l'histoire de l'habitation a employé du ciment, — c'est même ce qu'il a employé le plus, — mais n'oublions pas qu'il ne nous devait qu'une imitation, un spécimen.

Son type est d'ailleurs très réussi, et donne bien l'idée du style architectural qui a précédé le style grec; la porte, moins large du haut que du bas, comme les baies égyptiennes, est surmonté d'une imposte triangulaire, qui sera le fronton dont les anciens Grecs ont usé et même abusé.

©Livre d'Or de l'Exposition - C. L. Huard