Retour - Liste Pavillons

Danemark


Danemark à l'exposition de Paris 1889

L'exposition danoise a reçu une subvention de 100,000 couronnes, soit 139,000 francs. Cette subvention a été accordée par le gouvernement, mais n'a pas été ratifiée par la Chambre danoise.

Que l'on ne croie pas surtout que ce soit par antipathie pour l'œuvre de la France, mais la Chambre danoise refusant depuis plusieurs années de voter les budgets qui lui sont soumis ne pouvait pas faire d'exception pour le crédit destiné à l'Exposition de Paris.

La section danoise, qui compte 150 exposants, couvre une superficie de 550 mètres carrés, tant au Champ de Mars qu'au quai d'Orsay. La section du Champ de Mars se trouve du côté de l'avenue La Bourdonnais, en face de la section anglaise. La décoration de la section du Champ de Mars est due au pinceau de M. Lund, le plus grand peintre décorateur danois. Il a représenté tout autour de la galerie les principaux châteaux royaux du Danemark. C'est également M. Lund qui a peint les oiseaux et les fleurs qui ornent la façade de cette exposition qui a été organisée par M. de Hedemann, commissaire général, et par M. Klein, membre de l'Académie des Beaux-Arts de Copenhague.

L'exposition danoise contient nombre d'objets fort intéressants : des pièces d'orfèvrerie où l'argent, le vermeil et l'or sont mélangés d'une façon assez spéciale ; de très beaux échantillons de la fabrique royale de Copenhague ; une série de travaux scolaires intéressants dans laquelle des petits établis où trois enfants peuvent travailler à la fois ! méritent surtout d'être regardés.

Mais ce qui paraît surtout curieux dans la section, ce sont les travaux d'art industriel faits soit par des particuliers, soit par de petits industriels. Ainsi, au milieu d'une exposition de meubles incrustés, on trouve une porte d'un travail absolument remarquable. Elle est l'œuvre d'un menuisier, M. Otelberg, qui a donné au roi Christian toute une chambre de travail; analogue. Il y a là un effort très sensible qui mérite d'être ; mentionné. Une autre exposition est intéressante : c'est celle de M. Dobereck, le serrurier qui envoie des objets en fer forgé qui ont un cachet très artistique. Il y a aussi des vases tournés à la main qui sont également intéressants. Les broderies méritent une mention toute particulière. On y trouve des imitations de Gobelins qui sont reproduits avec une exactitude merveilleuse. A voir aussi le panneau contenant l'exposition de Mme Ida Hansen, femme du monde qui expose une série de fleurs brodées d'après nature et rendues d'une façon exquise.

Nous n'avons pas à parler ici de deux expositions dont les Danois sont fiers.

L'une se trouve au quai d'Orsay : l'exposition du grand brasseur danois, M. Jacobsen, celui qui a donné à Copenhague un musée où se trouvent les chefs-d'œuvre de nos artistes français.

L'autre exposition se trouve à la section d'archéologie. C'est là qu'on verra la copie des hommes à l'âge de bronze que l'on a trouvés dernièrement en Danemark dans un état de conservation si remarquable.

En résumé, l'exposition du Danemark est des plus intéressantes : elle tient peu de place, mais tout ce qu'elle contient est curieux.

© Guide Bleu du Figaro et du Petit Journal 1889