Exposition internationale de l'industrie et du travail - Turin 1911

Industrie et Travail

29 avril 1911 - 19 novembre 1911


Retour - Liste Pavillons

Industrie de la laine

manque image

L’industrie de la laine n’est pas moins importante que celle de la soie pour l’Italie; elle occupe la plus grande partie de l’activité des fabriques de l’Italie septentrionale.

Elle aussi, comme sa sœur, a compris tous les avantages de la coopération et présente aux visiteurs une exposition collective.

Elle se trouve dans un salon rectangulaire, avec des vitrines disposées tout autour le long des murs et surmontées de panneaux décoratifs qui reproduisent en de petits tableaux l’histoire de la laine. Sur cette bande décorative les troupeaux conduits au pâturage, des scènes de bergers jouant de la musette alternant avec des vues de métiers en activité; au centre, le groupe d’une belle fileuse suivie de quelques brebis complète la teinte pastorale et artistique de l’exposition.

L’industrie de la laine, florissante dans toute l’Italie septentrionale, de Carignan et Caselle à Schio, a son plus grand centre de production dans le pays de Biella. Elle existe depuis plusieurs siècles; mais pourtant son progrès actuel ne date que de 1817, alors que Pierre Sella y introduisit le tissage mécanique de la laine.

Des diagrammes nous fournissent des comparaisons instructives sur l’art de la laine. Les métiers à main qui étaient au nombre de 5.989 en 1876, sont descendus à 1900 en 1907, tandis que les métiers mécaniques se sont élevés durant la même période de 2.364 à 10.567. La machine triomphe !

Les ateliers en Piémont, de 1894 à 1907, sont descendus de 140 à no, tandis que les ouvriers ont augmenté de 11.767 à 15.699. Le même phénomène se retrouve dans toute l’Italie, avec une forte diminution des établissements de 489 à 223, et une augmentation sensible des ouvriers de 30.625 à 38.000. La grande industrie, à cause des grandes dépenses d’organisation et d’exploitation, absorbe peu à peu la petite, en Italie comme à l’étranger.

Une donnée qui a une grande importance pour l’économie nationale, c’est le rapport entre la production et la consommation intérieures, avec leur valeur en francs. En 1886 on produisait en Italie 12.500.000 kg. de laine pour 74 millions de francs; on en consumait 15.400.000 kg. pour 130 millions de francs; c’étaient donc 76 millions qui émigraient à l’étranger pour importer la laine suffisante aux besoins de la nation. En 1908 au contraire, on en produisait 31.900.000 kg. pour 250 millions de francs, et on en consumait 34.719.700 kg. pour 285 millions. Ces chiffres nous avertissent que la production intérieure ne suffit pas encore à la consommation, mais qu’elle s’en approche peu à peu. Le tribut que nous payons à l’étranger pour cet article n’est plus que de 35 millions par an, en faisant déjà face aux 120 millions de surplus de consommation dus à l’augmentation de la population durant ces 40 dernières années.

L’exposition de la laine est due à l’initiative et à l’organisation de l’Association de la laine italienne et du Cercle commercial de Turin.

©Guide Officiel de l'Exposition Internationale de Turin 1911