Exposition internationale de l'industrie et du travail - Turin 1911

Industrie et Travail

29 avril 1911 - 19 novembre 1911


Retour - Liste Pavillons

Bourg Moyen-âge

manque image

On revient toujours volontiers voir le Bourg Moyen-âge; depuis 27 ans qu’il existe, il a déjà pris admirablement la patine brune de ce XVe siècle d’où l’ont évoqué les artistes de génie qui le créèrent en 1884.

Des visiteurs d’alors, qui ne sont pas revenus à Turin dans l’intervalle, reverront avec plaisir, comme de vieilles et chères connaissances, la grosse croix franciscaine à l’entrée, le pont-levis, la porte à larges battants, l’Annonciation d’après celle du château de Malgrà dans le Canavais, l’hospice des Pèlerins, la fontaine de Salbertrand et Oulx dans le Val de Suse, la longue rue à arcades basses, aux briques disposées en échiquier, aux toits surplombants, des maisons d’Alba, de Bussoleno, de Cuorgnè et d’Avigliana. Puis l’auberge à l’enseigne de Saint-Georges, avec la Danse des fous de Lagnasco, et la petite église qui ne se trouve en aucune localité précise du Piémont et qui pourtant les rappelle et les réunit toutes, depuis le colossal Saint-Christophe de Verzuolo jusqu’au Saint-Antoine abbé de Piossasco, depuis les terres cuites de Ciriè jusqu’aux motifs décoratifs des églises de Chieri, Chivasso et Dronero.

Le Bourg Moyen-âge prend, lui aussi, une part joyeuse et active à l’Exposition de 1911. La longue me moyen-âgeuse s’est repeuplée d'artisans qui fabriquent des vases, des faïences du pays; de forgerons qui travaillent le fer battu; d’armuriers qui brunissent les éperons; de pharmaciens qui vendent l’élixir de longue vie; de marchands, de fruitiers qui vous offrent leurs marchandises, tous en costume du XVe siècle.

Mais la grande nouveauté que le Bourg Moyen-âge apporte à l’Exposition de 1911, ce ne sont ni les ateliers ni les boutiques qui ont survécu à l’Exposition de 1884, c’est l’Art de l’imprimerie du XVe siècle. L’atelier typographique de Guttenberg a transporté ici ses presses et tous les visiteurs peuvent assister aux premiers pas glorieux de cet art, que nous avons vu géant dans le palais du Journal et qui domine et envahit notre époque.

Tous les objets que nous avons sous les yeux dans l’imprimerie moyen-âgeuse ont appartenu à l’époque ou furent reproduits exactement, avec le même souci des détails que la construction du Bourg. Ici on assiste, dans la maison de Bussoleno, à la fabrication du papier à main, avec les cuves et les tamis, travail des maîtres de Fabriano et de Pale. Plus loin, on suit, dans la maison d’Alba voisine, avec une croissante curiosité et une affectueuse sympathie, les xylographes dans leur patient ouvrage de la gravure sur bois qui a donné au monde les premières illustrations du livre. Là, on regarde les compositeurs aligner ces caractères mobiles, dont l’invention dut paraître alors une trouvaille inspirée par le ciel ou par le diable. Ailleurs, on observe le correcteur qui fait son œuvre d’humaniste, ou l’imprimeur, le machiniste, pendant qu’il tire de l’humble et grossière presse primitive des harmonies typographiques auxquelles nous, dans notre siècle fier de tant d’inventions, nous ne savons plus parvenir.

L’atelier typographique de 1911 laissera aussi un souvenir de lui dans une de ces éditions qui sont l’objet de l’admiration et du désespoir des bibliophiles. Sous les yeux du public on imprime la Divine Comédie dans l’édition de Foligno de 1470, enrichie des meilleures illustrations de l’époque. On imprime, entre autres, un Livre d'heures orné de délicieuses gravures, sacrées et profanes; tout près dans la boutique du libraire — le « bibliopola » du Moyen-âge — on peut admirer les produits d’un art exquis, obtenus, plus de 400 après, au moyen des mêmes procédés.

Au premier étage de la maison d’Alba est installée, pour les amateurs du livre, une exposition rétrospective de l’art de la presse, qui contient les plus fameuses marques typographiques, une collection d’ex-libris, d’estampes sur bois, et la reproduction, exécutée exprès à cette occasion, de la première et dernière page des plus précieux incunables italiens.

©Guide Officiel de l'Exposition Internationale de Turin 1911