Exposition internationale de l'industrie et du travail - Turin 1911

Industrie et Travail

29 avril 1911 - 19 novembre 1911


Retour - Liste Pavillons

Angleterre

Angleterre à l'exposition de Turin 1911

Le pavillon de l’Angleterre, auquel on parvient par la galerie des machines en action ou directement par le Parc, est sans doute la section particulière la plus importante de l’Exposition. Elle s’élève en amphithéâtre; on y jouit de tous côtés d’une admirable vue sur le Pô et la colline à travers une épaisse touffe de pins et les gracieuses attitudes des statues de la fontaine monumentale de 1908.

La position superbement isolée du pavillon fait instinctivement penser à la théorie du splendide isolement qui a toujours dirigé jusqu’à présent la politique de l’Angleterre. D’ici, comme de ses îles d’outre-Manche, fixant le groupe des autres nations sur la rive opposée, elle paraît méditer sur leur force, et les inviter à considérer sa propre puissance.

La fontaine monumentale a tracé pour le pavillon anglais, avec le mouvement de ses lignes architectoniques, un développement d’une courbe ample, dont on admire à première vue la beauté. Autour du corps central de l’édifice, flanqué de deux aiguilles surmontées de la couronne royale, courent, à droite et à gauche, des balustrades à portiques, à colonnes géminées, couvertes de terrasses, décorées de statues et terminées aux deux bouts par deux petits temples couronnés de coupoles. Plus en arrière, pour compléter la ligne de l’édifice, s’élève la grande coupole du salon d’honneur, haute de 40 mètres.

Dans l’intéressante série des galeries remarquons dès maintenant, en passant, cette immense galerie de fer où se trouve la section de la mécanique anglaise; celle, attenante, des produits manufacturés, exposés dans d’élégantes vitrines de bois rouge; la galerie navale, décorée d’une frise de dauphins et de tridents.

L’importance, universellement reconnue, du développement de l’industrie anglaise, ressort d’un seul chiffre éloquent: l’Angleterre exporte pour 25 millions de francs de marchandises par jour.

L’Angleterre expose non seulement dans son pavillon, mais aussi dans les sections internationales de l’électricité, des machines en action, du journal.

La très large participation de l’Angleterre à l’Exposition de 1911 mérite d’être illustrée par quelques données historiques. Après les deux Expositions internationales de Londres en 1851 et en 1862, et les Expositions successives de Paris en 1878, 1889 et 1900, l’Angleterre avait perdu presque complètement confiance dans l’utilité pratique des expositions internationales. Pourtant, en octobre 1908, une Commission royale, présidée par sir Alfred Bateman, procédait à une enquête parmi les industriels anglais et établissait l’opportunité de concourir à l’avenir aux expositions des autres nations. Seulement le concours, pour garantir le succès, devait être officiel, et égal à l’importance de la Grande-Bretagne et de son commerce.

On institua de suite au Ministère du Commerce une division spéciale des Expositions et on créa une Commission royale pour les Expositions de Bruxelles en 1910 et de Turin en 1911. La Commission a pour président d’honneur Georges V, roi d’Angleterre; pour président effectif le comte Lytton et pour commissaire général Ulick Fitzgerald WinTour, chef de la division des Expositions mentionnée plus haut.

©Guide Officiel de l'Exposition Internationale de Turin 1911