Exposition internationale de l'industrie et du travail - Turin 1911

Industrie et Travail

29 avril 1911 - 19 novembre 1911


Retour - Liste Pavillons

Pont Monumental

Pont Monumental à l'exposition de Turin 1911

En sortant de la galerie des instruments musicaux, le Pont monumental, situé en face, invite les visiteurs à s’arrêter pour en admirer les lignes imposantes.

Tout un peuple de blanches statues s’avance vers nous et nous fait croire que les beaux temps de la Grèce antique sont revenus. C’est le chœur ailé des Victoires qui, du haut de leurs colonnes, tendent les couronnes de laurier aux vainqueurs, dans la matinée lumineuse. Ala base des colonnes d’autres statues,d’autres nymphes, peut-être les Grâces, se tiennent par la main et dansent, comme dans le chœur joyeux des Muses et d’Apollon du Guide.

Le pont est vraiment grand et majestueux dans ses proportions. Les arbres de la rive gauche s’allongent avec nous vers l’autre rive, comme pour mieux en admirer le spectacle. Le fleuve semble s’être rapetissé par-dessous; on dirait que les eaux se sont retirées en partie, pour laisser passer les quadriges des vainqueurs.

Le pont se dirige vers la grande fontaine monumentale, élevée sur la colline, dans le style grandiose des fontaines du Bernini, à Rome. La fontaine est encadrée de deux clochers qui rappellent, dans leurs motifs décoratifs, le beau St. Jean que Turin possède, aussi bien que Florence. Dans la grande niche centrale de la fontaine se trouve la statue de la Patrie, qui paraît bénir le spectacle du travail fécond de l’Exposition, à ses pieds.

Le pont qu’on voit et admire de notre point d’observation, au centre du parc, n’est qu’une partie du pont lui-même. C’est la partie extérieure seulement, car dans ses entrailles il cache une vie intense, fiévreuse, qu’on ne devine pas au premier aspect.

Les deux escaliers latéraux descendent jusqu’à un grand salon souterrain décoré de stucs, qui forme trois passages parallèles. Dans les deux passages latéraux on passe à pied, « in lunga fila » sur l’autre rive, comme les âmes du Dante. Dans le passage central, au contraire, on assiste, non plus à un défilé d’ombres, mais à un grincement de fer; ce n’est que le mouvement incessant du tapis-roulant qui nous transporte dans un instant vers l’autre rive.

Le pont a 5 arches de 21,30 mètres chacune, 106,25 mètres de long et 25 de large. Les cariatides sont l’œuvre du sculpteur J. B. Alloati; les piédestaux des colonnes, ornés de statues, sont du sculpteur Bel Santo et les Victoires du sculpteur Sassi.

Le pont monumental est le passage le plus commode et le plus pittoresque pour visiter, en venant du Valentin, les expositions des nations étrangères alignées le long de la rive droite du Pô. Nous continuons, pour le moment, le tour des pavillons centraux, en entrant dans la galerie de la Marine.

©Guide Officiel de l'Exposition Internationale de Turin 1911