Exposition internationale de l'industrie et du travail - Turin 1911

Industrie et Travail

29 avril 1911 - 19 novembre 1911


Retour - Liste Pavillons

Ville Moderne

Ville Moderne à l'exposition de Turin 1911

Le palais de l’art décoratif est plutôt un ensemble de pavillons qu’un pavillon isolé. Là, après les expositions de l’art, industriel et de l’art japonais, nous trouvons la Ville Moderne.

La ville moderne, quel que soit son nom, est, par suite du colossal développement qu’ont pris les services publics, un organisme qui devient tous les jours plus compliqué et plus ingénieux, pareil à un délicat mécanisme d’horlogerie.

La rue, d’abord, avec ses problèmes complexes de pavement, de passage, de propreté, d’éclairage, d’embellissement par les plates-bandes, les jardins, les fontaines. Le sous-sol, avec le réseau enchevêtré des conduites d’eau potable de gaz, d’énergie électrique, d’égouts, de poste pneumatique, qui allongent et croisent en tous sens leurs tentacules gigantesques. Le dessus du sol, l’air, avec le réseau des fils télégraphiques, téléphoniques et électriques qui doivent donner à nos places, vues d’en-haut, l’aspect de monstrueuses toiles d’araignée.

Les rues, l’eau, l’éclairage, la force pour les industries et les transports ne représentent que la vie matérielle, animale, dirons-nous, dans la vie de la cité moderne. L’intelligence et l’esprit réclament leur part avec les Écoles, écoles de tous les genres et de tous les degrés, depuis les Ecoles Maternelles jusqu’aux Polytechniques et aux Universités, depuis les écoles classiques jusqu’aux écoles ouvrières et professionnelles; avec les Bibliothèques, avec les Musées, avec le culte des Beaux-Arts. Après l’esprit, le cœur, la solidarité humaine, la défense de la santé des citoyens, qui est la richesse la plus précieuse des villes et des états, avec l'Hygiène publique, avec les Hôpitaux, avec les Refuges de Mendicité, de Charité, jusqu’au culte des morts, honorant la mémoire des citoyens illustres pour stimuler les énergies latentes des nouvelles générations.

La simple énumération des services infiniment complexes que la vie moderne a imposés à nos villes, en y créant des budgets de douzaines de millions, suffit à démontrer toute l’utilité et toute la nouveauté de cette exposition spéciale.

©Guide Officiel de l'Exposition Internationale de Turin 1911