Retour - Liste Pavillons

Ecole Communale Suédoise



L'école communale Suédoise occupe une très belle place à l'Exposition. Elle se trouve à côté du pavillon de chasse du roi de Suède, fort remarquable par son style. Elle est entièrement construite en bois; le plafond est formé par le toit de la maison même, de sorte qu'on se croirait dans une église; les sièges des enfants offrent un aspect pittoresque par ce détail, que chaque banc se trouve isolé et est destiné à un enfant seul et forme une espèce de chaire en miniature.

La petite chaire, si l'on doit ainsi appeler le siège et la table qui forment ensemble un seul objet, est très pratique. Le pied, sur lequel repose la table peut être monté plus haut. La tablette de la table pet être avancée ou reculée, ou dressée pour former un pupitre pour lire.

L'encrier est couvert et ne devient visible que lorsqu'on tire la tablette de la table pour écrire. Sous cette tablette se trouve un réduit destiné à toutes sortes de choses et, sur le devant de la table, un système qui permet de glisser la tablette en ardoise, placée ainsi en lieu sûr, quand l'élève ne s'en sert pas.
Le tout est fort gentil. Chaque enfant est libre de tous côtés. Il lui est difficile de causer, impossible de jouer avec les camarades, et le professeur peut tout embrasser d'un coup d'oeil.

L'enfant s'habitue ainsi, de bonne heure, à l'indépendance; il apprend à estimer son siège, à le tenir propre et en bon état et se croit déjà quelque chose. Cette organisation a été innovée par le recteur d'une école communale suédoise, M. Sandeberg; le professeur lui-même est assis sur une chaire plus élevée, à gauche il a un harmonium pour l'enseignement de la musique, et à droite une table pour faire des expériences avec une plaque en verre, en usage dans l'enseignement de la physique élémentaire.

Le grand tableau est doublement pratiqué, car il se trouve au-dessus de lui et possède dans son cadre une boite qui contient quelques cartes roulées, qu'on peut dérouler sur le tableau et qui disparaissent ensuite dans leur boite, par un procédé mécanique. Les moyens d'instruction sont très riches et consistent dans de grands dessins bien explicites, et des tableaux ou images, modèles, moyens plastique pour le calcul, pour l'enseignement du mètre etc.

Une carte géographique, surtout, se voit facilement de toute la salle; elle représente le pays natal et, à côté de ce tableau géographique, se trouve des jetons à pointes de clous qui portent les nom des villes et des lieux les plus importants du pays.

L'enfant doit fixer l'endroit de la ville et placer le jeton sur le point juste de la ligne. Cela facilite la connaissance parfaite du pays natal et consolide l'amour de la patrie chez l'enfant.

A côté de la salle d'école se trouve la bibliothèque. Le professeur est en même temps le bibliothécaire, qui répand la lumière dans des cercles, où manquent souvent d'autres moyens d'instruction du grand monde.

Nous avons remarqué, avec plaisir, un joli drapeau sur lequel se trouvent les paroles : "Frid öfver sma foglarna", ce qui veut dire : "Paix aux petits oiseaux"; une maxime qu'enseigne à la jeunesse l'humanité et dont l'accomplissement rend service à l'agriculture.

Le professeur a encore un parloir au rez-de-chaussée et, au premier, un logement suffisant pour lui et sa famille. En Suède, les maitres d'école reçoivent un traitement fixe, d'au moins 400 thalers et 10 tonneau de blé. Ce minimum monte jusqu'au maximum de 1000 à 1500 thalers (3750 fr à 5625 francs). L'instruction est obligatoire; les enfants commencent, pour la plupart, leur instruction à l'âge de six ans et sont obligés de commencer au moins à huit ans; ils doivent rester à l'école pendant sept ans. Les parents qui s'y opposent, sont forcés de supporter les frais qu'occasionne le déplacement des enfants hors de la maison paternelle. En 1871, la Suède avait 700000 élèves communaux, dont 200 fréquentaient des écoles supérieures, 224 000 des écoles communales, 152000 des écoles mixtes (écoles qui servent à quelques villages à la fois), et 200000 des petites écoles élémentaires.

Il y avait ensuite 10 professeurs supérieurs, 3500 professeurs et 600 institutrices des école communales, puis 1600 maîtres d'école et 2000 maîtresses de petites écoles, en tout 8000 professeurs.

La Suède est un pays où l'instruction populaire a atteint un très haut degré, et l'école suédoise peut vraiment servir de modèle, aux Etats soucieux d'instruire les enfants du peuple.

©L’Exposition Universelle de Vienne 1873