Retour - Liste Pavillons

Villa Mauresque



Derrière le bâtiment du vice-roi d'Egypte, près du pavillon persan, s'élève librement, sur sa charpente, une maison peinte en gris, avec une inscription indiquant l'entrée n'y est pas permise avant que la construction soit entièrement terminé.
Quoique la défense excite ordinairement la curiosité, ici on on ne trouve presque pas sollicité à pénétrer les secret de cette maison grise, c'est à dire de la villa mauresque du Maroc; son extérieur sans éclat promet peu, mais celui qui prend la résolution d'entrer, se trouve richement récompensé. Celui qui en dépasse le seuil étroit doit être saisi, sinon d'admiration, au moins très certainement d'étonnement.

Nous y retrouvons, bien que représenté en petit et avec des éléments peu couteux, le grand luxe de l'orient dans la forme de construction, et une splendeur inusitée de coloris, dans le revêtement des murs et des plafonds, qui forment un contraste étonnant avec l'extérieur de la maison.

Par un étroit couloir, dont les murs sont ornés de mosaïques, on entre dans une petite cour qui pour aménager les matériaux de la construction, est couverte de verre, tandis que cette cour est habituellement découverte dans les constructions mauresques originales de ce genre.

Cette cour est entourée d'arcades qui ne se distinguent pas par leur beauté artistique, mais par la grande bizarrerie de leur arc aigu et des triangles dentelés, portant de tous les coté, en lettres dorées, la sentence : Bism üllah errachman errahim (Au nom de Dieu, gracieux et miséricordieux) qui est écrite en caractères du dialecte Kuf-arabe.

A droite de la cour, séparée seulement par les arcades ouvertes, se trouve la petite salle à manger; à gauche, la chambre de la femme, avec une fenêtre grillée qui permet, à celle qui l'habite de voir les arrivant sans être vue par eux.

Nous ferons observer, à cette occasion, que même le maitre possesseur de plusieurs femmes, par amour de la paix, ne loge jamais qu'une seule de ses femmes dans chaque maison, avec ses esclaves.
Dans l'enfoncement de l'appartement de la femme, se trouve une cabine de bains, et vis-à-vis du portail principal, la chambre du maitre, resplendissante d'or et de couleurs variées. Enfin, sur le devant, à coté de l'entrée principale, est placée la modeste cuisine. On ne peut encore, exprimer une opinion absolue sur toute la maison, qui est inachevée; mais une fois terminée, que personne ne se laisse rebuter par l'extérieur peu apparent, et que l'on visite la partie intérieure, si l'on veut rester surpris et acquérir la conviction que le Maure, même s'il néglige l'extérieur, aime pourtant le luxe et comprend les moyens de rendre son foyer domestique des plus habitables.

©L’Exposition Universelle de Vienne 1873