Retour - Liste Pavillons

Tente indienne


Tente indienne à l'exposition de Vienne 1873

A coté de la splendide exposition officielle, près du cabaret styrène, s'élève, du milieu d'un terrain boisé, souvenir du Prater passé, le wigwam d'un chef indien. Le mât de la tente s'élance droit en haut : la bannière et les couleurs des Etats-Unis flottent à son sommet, et des scènes de la vie indienne, peintes en rouge, semblent indiquer le caractère de la tente, dont la toile flottante est solidement cirée.

Cependant ces peintures n'ont rien de commun avec les choses qui se passent dans l'intérieur de la tente. Car aucun chef indien ne se prépare à la guerre et aucun ne fume, sous la tente, le calumet de la paix avec son ennemi réconcilié. Là, ne brille aucun Peau-Rouge tatoué, ni le scalpe d'un blanc détesté, suspendu au mât. Ce n'est qu'un simple buffet vulgaire au les Yankees ont installé dans la tente, et pour lequel ils n'ont même pas pu se procurer un véritable indien, grâce aux relations hostiles qui existent actuellement entre les Indiens et les Américains. En revanche, dans cette tente où l'on débite de l'ale, du porter, du gin, des grogs, etc., il y a des Gamymèdes comme il y en avait à la disposition du grand Tonitruant, dans l'Olympe, à l'époque de sa prospérité. Ils sont noirs comme l'ébène, ces gentlemen qui offrent les consommations, et il faut avouer qu'ils apprécient la gravité de leurs fonctions, ce qui ferait presque oublier leur origine africaine.

Les curiosités à l'Exposition ne sont pas rare, mais des nègres, dans un wigwam destiné à des Peaux-Rouges, offrent un aspect qu'on ne peut trouver qu'à l'Exposition.

©L’Exposition Universelle de Vienne 1873