Retour - Liste Pavillons

Bazar Turc


Bazar Turc à l'exposition de Vienne 1873

Entre le cercle oriental et le café turc s'élève un édifice peu levé et peint de couleurs criardes, sous les arcades duquel se déploie une animation et un mouvement étrange.

Le façade de l'édifice porte l'inscription Bazar Turc et Tabac Turc. On y vend le possible et l'impossible : des tapis turcs, des châles persans, des foulards, des poignards, des cassettes en bois de rose, des flamberges, de l'huile de rose, des tuyaux de pipe, des fusils de Kabyles avec des tuyaux ciselés d'une longueur démesurée et des pantoufles brodées en or; en un mot, l'Orient a ramassé dans un espace de quelques mètres tous ses trésors, pour les offrir à l'Occident prosaïque, qui les paye en papier méprisable.

Mais les mos emim, avec leur fez et leur turban, n'ont plus la paresse fatale qui les distingue des autres peuples. Si, à Istanbul, un visiteur pénètre dans un bazar, il trouve, presque toujours, le marchand assis sur un coussin, et fumant son chibouk, qui n'occupe qu'une de ses mains, l'autre saisit un long bâton qui lui permet d'atteindre l'objet désiré par l'acheteur, mais, pour tout au monde, il ne se lèverait pas pour décrocher la marchandise. A Vienne, le Turc s'agite entre ses quatre murs, fort affairé; il ne se lasse pas de vanter la bonne qualité de ses marchandises, en jargon français ou italien.

Dans la boutique de tabac, c'est le fez seul qui indique la nationalité du vendeur, car il parle un allemand très correct et vend activement ses petits paquets à deux lots permis par l'état.
Au fond de la boutique se trouvent quelques vrais turcs, occupés à couper le tabac; la boutique turque ne se borne pas au bazar seul; dans le quartier oriental, on rencontre à chaque pas de pauvres marchands ambulants qui étalent leur croix exotique, leurs croissants, leurs bracelets en bois de palissandre et en nacre, placé à terre, et ces gens font de très bonnes affaires, car il y a peu de visiteur qui ne désirent rapporter de l'Exposition un souvenir oriental.

©L’Exposition Universelle de Vienne 1873