Retour - Liste Pavillons

Vice-Roi d'Egypte


Vice-Roi d'Egypte à l'exposition de Vienne 1873

Le Vice-Roi d'Egypte a fait construire, comme par enchantement, dans le centre de l'Exposition de Vienne, un perle d'architecture orientale. Il s'est élevé là un édifice qui aurait, même dans sa capitale, émerveillé le spectateur par se pureté de formes, le gracieux de l'exécution et la splendeur de la décoration. L'effet que produit un tel chef-oeuvre sur un sol étranger, entouré des bâtiments modernes et monotones des halles de l'Exposition et des nombreux pavillons, est impossible à décrire.
De même qu'un svelte palmier du Sud lointain, transplanté chez nous, surpasse, par sa couronne en éventail, tous nos arbres et arbustes, ainsi ce rêve de Calife transformé en pierre, domine tous les bâtiments qui l'entourent.

De quelque côté que l'on regarde le palais d'Ismaïl-Pacha, partout il offre un aspect imposant et charmant à la fois. Notre dessin nous montre le côté de l'est, tandis que la façade principale, avec son édifice du milieu, richement décoré, et les deux pavillons latéraux se tournent au nord.

Le minaret, à l'est du groupe, a une hauteur de dix-neuf toises, quatre toises de moins que le minaret placé de l'autre côté. Le petit sous-sol massif, d'où s'élève la colonne svelte de la tour, forme le mur de fond de la chapelle du tombeau.

Le minaret, construit entièrement en tuiles, aboutit à un balcon, derrière lequel se trouve une place pour le Muezzin qui annonce l'heure de la prière.

A partir de là, la tour devient plus étroite, s'arrondit, se couvre d'arabesques en relief et finit en cône bulbeux. La couleur est la même que celle des autres murs de l'édifice, jaune ocre, avec de larges raies rougeâtres.

L'édifice principal montre justement, du côté de l'est, un des détails les plus gracieux de son exécution, un balcon demi-circulaire dont le toit, finement travaillé, est porté par de petites colonnettes gracieuses, brillantes de couleurs.

Une petite porte, de style arabe, sert d'entrée à la façade principale, avec la sentence du Koran : "Toi, qui ouvres des portes, ouvre-nous la meilleure !".

Au-dessus de la porte du minaret, on lit les paroles suivantes : "cette mosquée bénie a été construite par Ismaïl-Pacha, le fils d'Ibrahim-Pacha, fils du pèlerin Mehemed-Ali-Pacha, le souverain de l'Egypte en 1290 (de l'hégire).

Des inscription arabes, tirées du Koran, entourent l'extérieur de l'édifice; l'écriture est blanche, sur fond bleu ou vert. Au-dessus de la mosquée s'élève un beau toit en coupole, jaune, avec de remarquables arabesques en relief. Ce toit est en zinc et pèse près de cinquante quintaux.

Le Khédive demeurera dans ce palais, quand il viendra à l'Exposition. On a espoir de conserver cet édifice, après l'exposition, comme une des plus grands curiosités de Vienne.

©L’Exposition Universelle de Vienne 1873