Exposition Universelle et Internationale de Bruxelles 1910

Oeuvres d'Art, Travaux Scientifiques et Produits de l'Industrie et de l'Agriculture de toutes les nations

23 avril 1910 - 1 novembre 1910


Retour - Liste Pavillons

Pays-Bas

Pays-Bas à l'exposition de Bruxelles 1910

Architecte(s) : Kromhout

Le pays « ravi aux vagues » avait choisi sur le terrain de l’Exposition un emplacement en forme de digue.

Son pavillon occupait une surface de trois mille deux cents mètres carrés, dont la plus grande partie utilisable. Dans le sens de la longueur, et à peu près au milieu, se trouvait un grand hall. Conformément au vœu exprimé par la grande majorité du Comité néerlandais, le style dans lequel ce pavillon avait été conçu est celui de la période florissante de l’architecture hollandaise, c’est-à-dire la Renaissance néerlandaise de la fin du XVIe et du commencement du XVIIe siècle; c’est donc le style dans lequel sont construits le bel Hôtel de Ville de La Haye, celui de Naarden, le magnifique abattoir de Haarlem, avec son abondance de sculpture ornementale aux portes d’entrée et aux tourelles, cartouches, têtes de lions, armes, vases, avec ses flèches et ses tours qui concouraient à rappeler avec joie les anciennes villes de la Hollande.

La Section néerlandaise avait très heureusement groupé les différentes branches de son activité commerciale et industrielle : la bijouterie, les objets d’or et d’argent d’Utrecht, les précieux tapis, les produits de l’industrie florissante du cuir, etc., contribuaient pour une large part au succès que lui firent les nombreux visiteurs.

La Section alimentaire, également, par son installation bien comprise et la variété des produits exposés, attirait l’attention et donnait une idée de l’importance de cette branche dans ce pays.
La collaboration des colonies hollandaises a été très remarquée.

L’île de Java exposait les produits les plus recherchés de sa faune et de sa flore; des bois, des fruits, des peaux de serpents, des étoffes merveilleuses, des châles, des nattes de coco, des cafés, etc., nous donnaient un aperçu de sa prospérité et de ses progrès commerciaux. Un groupe de travailleurs indigènes nous initiaient, au rez-de-chaussée, à leurs travaux et productions.
La participation des îles Célèbes et de Sumatra ne le cédait en rien à celle de Java. Ces îles nous montraient des plantes rares, des dieux sculptés, des corbeilles originales, des minerais divers, etc.

Aux étages, l’Exposition de la Hollande se complétait par une série de salons, chambres à coucher et salles à manger d’une simplicité élégante et du plus heureux effet.

Mentionnons encore de superbes photographies, les différents stands de l’industrie du sucre, de l’agriculture, de la pêche, etc.

©Livre d'Or de l'Exposition Bruxelles 1910