Exposition Coloniale Internationale de Paris 1931

6 mai 1931 - 15 novembre 1931


Retour - Liste Pavillons

Groenland (Danemark)

Groenland (Danemark) à l'exposition de Paris 1931

© Wilde World

Architecte(s) : Helge B. Moeller

Le pavillon du Groenland à l’Exposition Coloniale doit donner une idée au public de l’aspect du Groenland et du travail fait dans ce pays par le Danemark. Le pavillon, dessiné par l’architecte Helge B. Moller, est situé sur un terrain rempli d’arbres, qui a conditionné sa forme irrégulière; sa superficie est de 600 mètres carrés environ. On accède au terrain en passant sous un arc formé de deux mâchoires de baleine. A l’extérieur du pavillon se trouvent exposés un groupe d’ours, en bronze, œuvre du sculpteur Holger Wederkinok, et deux anciennes pirogues groenlandaises, un kajak et et un uméak.

Le hall d’entrée est consacré à Thulé, le poste de commerce établi par Knud Rasmussen parmi les Esquimaux polaires, les plus septentrionaux des habitants de la terre. Un panorama, exécuté par Ernst Hansen et Sigurd Schou, montre un campement d’hiver de ces nomades, avec une hutte en neige, un traîneau à chiens, et, au fond, le curieux fjeld d’Umanak en forme de cône tronqué. Une grande carte indique le tracé des expéditions ayant eu comme point de départ et comme base économique la station de Thulé; parmi ces expéditions, on remarquera notamment celle, appelée la 5e Expédition Thulé, ayant eu pour champ d’action l’Amérique du Nord arctique.

Dans la galerie du milieu, on voit un certain nombre de peintures représentant des paysages du Groenland et aussi une photographie du Capitaine A. Bergh, Commissaire Général Adjoint, mort au cours du voyage pour Paris. Il y a encore, dans cette galerie, une vitrine contenant des spécimens d’animaux à poils et à plumes du Groenland.

Le hall central est dominé par deux panoramas, exécutés par Emanuel Petersen et Henning Scheel, et dont l’un représente une maison d’hiver, ancien modèle; à travers une vitre on peut regarder à l’intérieur de la maison. Un traîneau, attelé de chiens et guidé par un chasseur de phoque, transporte le produit de la chasse : un phoque, à la maison. L’autre panorama montre un campement d’été dans un paysage de fjord, avec la tente en peaux de phoque et le kajak. Dans le hall, il y a encore deux grands plans en relief des colonies Godthaab et Julianehaab, exécutés par des Groenlandais, plusieurs modèles de bateaux et l’écusson de la Compagnie Royale Commerciale du Groenland, un ours blanc sur fond bleu; sur l’un des murs sont exposés des produits groenlandais : peaux de renards, d’ours, de phoques, de rennes, dents de morse et de narval, couvertures en peaux d’eider, huile de phoque, de requin, etc. Sur le mur d’en face sont accrochées quelques peintures représentant des scènes de la visite au Groenland, en 1921, des Souverains danois.

Faisant suite au hall central, une salle montre un panorama de glaces avec deux ours blancs : c’est la section du Groenland oriental, contenant des vêtements, des armes, des outils, des ustensiles domestiques appartenant aux Esquimaux d’Angmagssalik. Sur les murs sont accrochées une tête de bœuf musqué et des peintures, avec des vues du pays, exécutées par des Groenlandais.

L’une des salles latérales partant de la galerie du milieu est consacrée aux industries du pays : d’une part les anciennes, représentées par une collection d’armes et d’engins d’ancien modèle, et, d’autre part, une série de photographies, de tableaux, de statistiques et de modèles (entre autres celui de la fabrique de conserves à Holstensborg), mettent le public au courant des industries modernes au Groenland : la pêche, l’élevage du mouton, du renard, l’extraction du charbon et de la cryolithe. Dans cette salle, il y a aussi une riche collection d’objets confectionnés par des artisans groenlandais, ainsi que des spécimens de vieux journaux et de vieux livres en groenlandais, qui ont été imprimés à l’imprimerie groenlandaise de Godthaab.
Une autre salle latérale est réservée à tout ce qui touche la culture intellectuelle : église, enseignement, service médical et T. S. F. On remarque, dans cette salle, surtout les modèles d’églises, d’écoles, de l’Ecole normale, etc. : institutions tout modernes, en tout cas pourvues de l’hygiène moderne.

La troisième salle latérale donne un aperçu du travail scientifique fait au Groenland. On trouve ici les portraits des principaux chefs d’expéditions, ainsi que des portraits d’Esquimaux polaires dessinés par Harald Moltke; on trouve des instruments, des objets, des cartes, des tableaux et des photographies illustrant la cartographie, la géophysique, la géologie, la météorologie, la zoologie et l’archéologie. Enfin, il y a ici une riche collection de littérature sur le Groenland, notamment scientifique, depuis les époques les plus anciennes jusqu’à nos jours: entre autres, une série complète des “ Communications sur le Groenland ” et un fac-similé de la vieille saga islandaise “ Flatôbogen ”. D’autre part, nous voyons les éditions originales des livres de Hans Egede et d’autre littérature des xvne et XVIIIe siècles, ainsi que la série, non terminée encore, des publications scientifiques de la 5e Expédition Thulé.

Par cette exposition, le Danemark a rapproché un pays inconnu, curieux et fermé, de ce monde civilisé qui, lorsqu’il est vu du Groenland et par ses habitants, ne semble pas moins inconnu, curieux et fermé. A partir de maintenant le Groenland occupera une place moins effacée dans l’esprit des hommes civilisés; on a pu se faire une idée plus exacte de ce qu’est ce pays et de ce que le Danemark désire qu’il soit : un pays dont la population est initiée avec prudence aux bienfaits de notre civilisation, et dont les ressources naturelles sont conservées pour ses habitants primitifs.

©Livre D'Or - Exposition Coloniale Internationale - Paris 1931