Exposition Coloniale Internationale de Paris 1931

6 mai 1931 - 15 novembre 1931


Retour - Liste Pavillons

Société Hydro-Electrique de la Réunion

Société Hydro-Electrique de la Réunion à l'exposition de Paris 1931

Architecte(s) : Bloch

La Société Hydro-Electrique de la Réunion, fondée à Paris en 1928 par la Compagnie Financière d’Etudes, et L’Energie Electrique de la Réunion, est concessionnaire des trois chutes les plus intéressantes de l’Ile. Ayant constaté que la prospérité de la Réunion dépendait essentiellement de ses cultures et que le rendement de celles-ci était limité par le manque d’engrais et de main d’œuvre, elle conçut sous l’impulsion de son Ingénieur Conseil, M. Louis Guérin, le programme ci-dessous exposé. Ce programme présente deux caractéristiques tout à fait remarquables.

La première, qui lui a valu des appuis moraux et financiers des Pouvoirs Publics consiste à assurer d’une façon très complète le développement et la prospérité de la Colonie en utilisant uniquement et en faible partie quelques-unes de ses richesses naturelles; l’eau des sommets, le sable des plages, l’azote de l’air.

La deuxième, qui intéresse plus spécialement les capitalistes, ne réside pas seulement dans le fait d’opérer l’électrification générale du pays et par suite d’avoir une place de choix dans la création de toutes sortes d’industries de transformation, mais bien davantage en ce que la totalité de l’eau des chutes aménagées sera créatrice de richesse parce que toute l’énergie qui ne sera pas absorbée par les usagers sera transformée en engrais fabriqués par voie électro-chimique.

Le programme actuellement en cours d’exécution consiste donc en ceci :
Créer sur la Rivière des Marsouins une centrale hydro-électrique de 570 mètres de chute dont la puissance atteindra progressivement 40.000 CV.

Transporter au moyen d’une ligne à 65.000 volts l’énergie produite qui permettra d’alimenter des réseaux d’électricité desservant tous les centres d’utilisation.

Construire sur la côte Ouest de l’Ile à proximité des plages de sables corallins dont la Société est concessionnaire, une usine électrochimique alimentée par la ligne à 65.000 volts et fabricant du nitrate de chaux. Cet engrais convient tout particulièrement bien aux terres de La Réunion où d’après des essais locaux et l’exemple des Iles Hawaï — qui ont même climat et même constitution — il quadruplera le rendement des cultures.

Le nitrate de chaux sera fabriqué d’après le procédé Schlœsing qui comporte l’action directe des gaz nitreux sur la chaux extraite des sables corallins, les gaz nitreux résultant du contact de l’air et de l’arc électrique. Le procédé Schlœsing a été industrialisé en France par l’Azote Français sur l’initiative de M. Louis Guérin et à la demande de la Compagnie Financière d’Etudes.

Le produit est obtenu sous forme granulée; de plus, il est le seul qui conserve toutes ses qualités sous les climats tropicaux. Il sera vendu exclusivement par la S. H. E. R. sous la marque « Ensac » dans les Iles de La Réunion, Maurice et Madagascar.

Le programme de la Société Hydro-Electrique de La Réunion prévoit, en outre, la mise en valeur par assèchements et irrigations combinés de 4 à 5.000 hectares de terres, l’adduction et la distribution d’eau potable dans plusieurs villes; l’électrification du chemin de fer (126 kilomètres), celle des ateliers et des engins de manutention et de dragage du Port de la Pointe des Galets.

Parmi les réalisations prochaines; on peut citer encore l’équipement d’un funiculaire qui permettra aux habitants de Saint-Denis, de résider au Brulé, station climatérique située à 4 kilomètres de la capitale et à 800 mètres d’altitude.

En résumé, l’électrification générale de l’Ile et la mise en vente d’engrais à un prix avantageux permettront sans main-d’œuvre supplémentaire d’augmenter considérablement les productions tout en abaissant les prix de revient, de créer des industries de transformation, d’exploiter économiquement le chemin de fer et le Port^ d’améliorer les conditions de vie des habitants, d’éviter le déboisement et les importations de combustible, d’accroître considérablement les exportations et par suite la richesse de la Colonie et des Colons.

On peut conclure que le programme de la S. H. E. R. tout en présentant des avantages indéniables pour ses participants conditionne l’avenir de La Réunion et autorise pour cette belle Colonie les plus beaux espoirs.

La Société Hydro Electrique de La Réunion est affiliée à l’Union Electrique Coloniale, Société Anonyme au capital de 20 millions, ayant son siège à Paris à la même adresse. Celle-ci étend son activité dans l’Afrique du Nord aux secteurs de Batna, Gafsa, Djelfa et Touggourt. Par 210 kilomètres de lignes à 22.000 volts, elle alimente les villes et les grandes exploitations agricoles de la Plaine de Bône. Elle a des participations importantes dans la Société des Forces Motrices du Kheneg (25.000 CV) et dans l’Union Electrique Tunisienne. En Afrique équatoriale, elle est concessionnaire de Brazzaville et sa filiale la Société Hydro-Electrique du Congo va équiper les chutes du Djoue (40.000 CV).

Enfin, en Orient, elle est concessionnaire de la distribution de l’électricité sur les territoires de Nouméa et de Pondichéry.

©Livre D'Or - Exposition Coloniale Internationale - Paris 1931