Exposition Coloniale Internationale de Paris 1931

6 mai 1931 - 15 novembre 1931


Retour - Liste Pavillons

Annam

Annam à l'exposition de Paris 1931

© G. L. Manuel Frères

Architecte(s) : Craste et Blanche

L’exposition particulière de l’Annam comprend :

1° Un portique décoratif d’entrée (remplaçant la porte qui n’a pu être exécutée) où se tiendra une garde d’honneur en costume local (rouge et jaune) avec des armes et des drapeaux;

2° Un petit pavillon carré, reproduction réduite du Quôc-tu-Giam à Hué. Ce pavillon est consacré à l’Exposition de la Cour d’Annam. Il contient au centre la statue de S. M. Khai-Dinh, réplique en plâtre doré et patiné de l’œuvre du sculpteur Ducuing qui orne le tombeau de l’Empereur à Hué, les bustes de S. M. Bao-Daiet, de S. E. le Régent de l’Empire; les portraits de leurs Majestés les Reines Mères et ceux des quatre ministres, colonnes de l’Empire, œuvres de Mme Boullard Devé,

Dans trois grandes vitrines sont présentes les costumes de l’Empereur; le costume de Cour, le costume militaire et le costume religieux, porté à la Cérémonie Triennale du Nam-Giao, sacrifice de l’Empereur au ciel. Un costume de Cour de l’Impératrice est exposé dans une vitrine spéciale. Dans les deux autres grandes vitrines se trouvent les costumes des grands dignitaires de la Cour.

Ces costumes somptueux, mais d’une richesse cependant discrète comme tout ce qui est purement annamite d’Annam, sont la reproduction absolument fidèle des costumes du Palais Impérial. Ils sont présentés, afin d’éviter la reproduction en mannequins des traits de Leurs Majestés, sur des porte-habits spéciaux en laque rouge et or.

Deux mannequins sont revêtus des costumes des officiers subalternes du Palais.

A l’entrée un autel bas, en laque rouge et or supporte un brûle parfum et deux candélabres de style classique.
Deux écrans de photographies sur verre montrent aux visiteurs les cérémonies, grands lais, nam-giao, etc., au cours desquelles les costumes exposés sont portés.

3° Un grand pavillon rectangulaire, reproduction exacte de l’un des principaux temples du Thai-Miêu au Palais Impérial de Hué.

En entrant dans ce pavillon les visiteurs trouvent à droite un grand diorama — 12 m. 50 de longueur — représentant en un panorama continu les principaux sites de la “ Route Mandarine ” dans sa traversée de l’Annam du Sud au Nord (Phanthiêt, Dalat, Nhatrang, le Varella, Quinhon, Tourane, les Montagnes de marbre, le col des Nuages, Hué, la rivière des parfums, les Tombeaux impériaux, le Thanhoa). Ce diorama exécuté en Annam est l’œuvre du peintre Henri Dabadie. Une “ carte parlante ” permet de localiser exactement les sites et monuments reproduits dans le diorama.

Au centre, un diorama circulaire présente l’intérieur de deux maisons annamites, celle d’un artisan menuisier, sculpteur, et celle d’un mandarin retraité ou d’un bourgeois aisé, avec la salle de réception et l’autel des ancêtres. Ces maisons sont entourées de leurs cours et jardinets avec un bout de rue, un puits et un arbre génie avec autel votif.

Trente-cinq personnages de 1 mètre de hauteur, œuvres du sculpteur Hiérholtz, animent ce diorama.

Costumes, meubles, bijoux, accessoires de toutes sortes ont été exécutés à Hué même, à l’échelle des personnages.

A gauche, trois autres dioramas traités exactement avec les mêmes procédés présentent les trois autres races de l’Annam; Chams, Moïs, Muongs :
Chams : une cour de maison au bord de la route conduisant à des tours antiques;
Mois : intérieur d’une case;
Muongs : cortège de mariage dans la montagne.

Enfin, deux vitrines, placées sur deux bahuts de Hué, copie d’ancien, incrustées d’ivoire, contiennent des échantillons de petits objets de fabrication locale les plus caractéristiques, éventails, ivoires, bambous sculptés, broderies, boîtes en bois précieux, statuettes Mois, etc.

©Livre D'Or - Exposition Coloniale Internationale - Paris 1931