Exposition Coloniale Internationale de Paris 1931

6 mai 1931 - 15 novembre 1931


Retour - Liste Pavillons

Missions Catholiques

Missions Catholiques à l'exposition de Paris 1931

© Sully

Architecte(s) : Paul Tournon

C’est un comité central, placé sous la présidence de l’amiral Lacaze, ancien ministre de la Marine, qui a organisé ce Pavillon. Un de ses membres les plus éminents, VI. Georges Goyau, de l’Académie française, parlant des rapports du pape Pie V et de la colonisation au XVIe siècle, nous dit que “ ce pontife, précurseur des vraies doctrines coloniales, réclamait que l’on traitât l'indigène avec respect et équité, qu’on rémunérât ses services et qu’on ne le chargeât pas de tributs immodérés ”...

Les Missionnaires ont partout transporté ces belles idées. Par leur parole et par leur exemple, ils ont élevé l’âme des indigènes ; ils ont, avec une égale vertu, contribué à développer leur bien-être. Voyons ce qui se passe au Sénégal let au Soudan : les Pères du Saint-Esprit et les Pères Blancs y ont bâti des collèges immenses, véritables monuments, des écoles plus modestes, mais plus nombreuses ; s ont établi des jardins potagers où poussent quantité de légumes d’Europe, développé les vergers d’arbres fruitiers recueillis dans le pays, organisé des plantations variées, installé des ateliers d’où sortent des meubles cannés, des tapis, que sais-je encore ?... Et c’est partout ainsi ! Quand l’Européen voit pointer dans le ciel brûlant un clocher construit par des ouvriers que leur foi rendit habiles, c'est une vision française qui s'offre à lui et le saisit d’émotion quelles que soient ses opinions et ses croyances !...

Il faut que chacun connaisse l'immense effort de nos missionnaires, dont le résultat va à la France et à la civilisation en même temps qu’à Dieu. Ils luttent contre le faux islamisme, contre ceux qui
disent à l’indigène: “ Si tu es piquet, patiente ; si tu es maillet, frappe ! ” et qui ne lui offrent que l’esclavage en échange de la révolte. Les Missionnaires luttent aussi contre la routine mortelle, la maladie destructrice, l'ignorance brutale, la magie sinistre et perverse, la magie fatale aux races qu’elle asservit.

Visiteur, qui êtes avant tout un “ homme ", suivez le détail de ces travaux. Travaux gigantesques, souvent exécutés avec de petits moyens matériels. La première salle vous fait voyager dans toutes les parties de l’Afrique où la moisson a été la meilleure. Plus loin, c'est l’Asie, l’Océanie et l’Amérique. Au centre, l’épopée missionnaire est retracée dans son imposante et patiente continuité. Une mappemonde vous permet de situer sa position dans le monde.

Sous le chœur de la grande salle où se trouvent les résultats, on a mis les souvenirs qui témoignent du dévouement et de l’esprit de sacrifice des Missionnaires. Sous les joies, les peines : c'est la vie ! Quand on pense que de tels hommes sortent de nos familles, de notre peuple, voilà qui est bien émouvant, parce que très français, et d’une grande élévation.

©Guide officiel - Exposition Coloniale Internationale - Paris 1931