Retour - Liste Pavillons

Aperçu Général


Aperçu Général à l'exposition de Gand 1913

Toutes les manifestations de l’Exposition de Gand se caractérisèrent par une recherche d’art ; on retrouve ce souci dans la conception du plan d’ensemble, dans la belle tenue des palais, dans la merveilleuse décoration florale, dans les expositions spéciales comme dans les fêtes de tous genres, qui se succédèrent au cours de l’existence de cette cité éphémère.

Au point de vue architectural, la Cour d’honneur força l’admiration des dix millions de visiteurs, saisis à la fois par la grandeur de la conception, la simplicité des moyens, la grâce et la pureté des lignes ; d’une part le dôme d’entrée, de l’autre la colonnade et le dôme du palais des Beaux-Arts, reliés par les galeries des Sections belge, anglaise et française, la fontaine monumentale et le beau groupe de Rosse Bayard, conçu par A. de Beule et exécuté par lui avec le concours de D. Inghels, et, dans ce cadre, des fleurs à profusion ; tous ces éléments conçus et réalisés par le talent d’Oscar Van de Voorde, constituaient une manifestation artistique de belle envolée.

Les Floralies prêtèrent à l’Exposition de 1913 un concours inappréciable ; jamais l’horticulture n’a rehaussé avec pareil éclat une manifestation de l’activité mondiale. Tes triples Floralies ont marqué les trois stades de la World’Fair gantoise, sa naissance, son épanouissement et sa fin. Jamais les horticulteurs ne firent pareil effort couronné d’un plus grand succès.

En vérité, M. de Vilmorin, président du jury des Floralies d’automne, a pu dire que si les Expositions universelles ne sont pas assurées de vivre, « les Floralies gantoises sont éternelles ; tout vient se buter au grand phare de Gand qui éclaire de ses rayons la mer de l’Horticulture. Gand est la Mecque des horticulteurs, où, tous les cinq ans, les pèlerins affluent du monde entier. »

L’art se manifeste encore dans les fêtes musicales, dans les salons des Beaux-Arts, de la médaille, de l’art photographique ; il inspira la manifestation en l’honneur des frères Van Eyck et l’inauguration de leur monument ; il fut associé à plusieurs des fêtes sportives qui se déroulèrent pendant toute la durée de l’Exposition.

Ce fut l’art encore qui présida aux fêtes de l’inauguration comme de la cérémonie des récompenses.

Et dans les évocations du passé, ce fut toujours un souci très prononcé d’art qui présida à la conception de la Vieille Flandre, de l’exposition rétrospective de l’Art ancien dans les Flandres et du somptueux cortège du Tricentenaire de la Confrérie royale et chevalière de Saint-Michel.
Il faudrait des volumes pour décrire et faire valoir toutes ces manifestations dont le souvenir restera longtemps gravé dans la mémoire de ceux qui eurent la joie de les contempler. Nous voulons toutefois consacrer quelques pages aux principales d’entr’elles et les sauver de l’oubli pour la gloire de Gand et de la patrie belge, conformément à l’adage « ad perpetuam rei memoriam ».

©Livre d'Or de l'Exposition Universelle & Internationale de Gand 1913