Retour - Liste Pavillons

Floralies d'Eté


Floralies d'Eté à l'exposition de Gand 1913

Le nom de Louis Van Houtte est intimement lié à l’histoire de l’horticulture gantoise. L’important établissement qu’il créa aux portes de Gand, son activité commerciale et son dévouement à la chose publique lui valurent une notoriété sanctionnée par la reconnaissance des horticulteurs et de ses administrés.

En 1879, Peu de temps après sa mort, un monument lui fut élevé sur une petite place de Gentbrugge; les habitants de cette commune se joignirent aux pouvoirs publics comme aux horticulteurs, pour payer ce tribut d’hommage à l’un des principaux initiateurs de l’expansion horticole belge.

En 1886, quelques horticulteurs fondèrent le Cercle Van Houtte ; ce furent Adolphe D’Haene, Em. De-laruye, Jules De Cock, Romain De Smet, Paul De Schryver, Spae-Vander Meulen, et Alfred Wallem. Préoccupés de prosélytisme en faveur de l’horticulture, les fondateurs admirent les profanes dans leur société ; ils les attirèrent dans leurs rangs par l’appât de fêtes .dans lesquelles une place privilégiée était réservée à la fleur. Ee succès fut tel que le nombre des sociétaires a plus que décuplé depuis l’année de la fondation du Cercle.

Le premier président fut un professionnel, Adolphe D’Haene ; Gustave Bottelberge, bourgmestre de Melle, lui succéda ; depuis quelques années, la présidence est confiée à M. Joseph de Hemptinne, amateur enthousiaste et connaisseur expérimenté. A ses côtés, siègent deux vice-présidents, Romain deSmet et Ernest Delaruye; un secrétaire, François Spae et un trésorier, Adolphe Uyttendaele. Ees membres du Conseil d’administration sont MM. J. Ankersmit, D. Ballion, R. Cornélis, J. De Bruyne-Miry, Prosper de Bruycker, R. Denoyette, J. et P. De Schryver, Arthur de Smet, Henri De Wilde, A. Gallet, E. Maertens, Charles Pynaert, A. Rigouts, M. Verdonck et A. Wallem. A plusieurs reprises, le Cercle Van Houtte organisa des expositions internationales. Pour fêter, en 1911, le vingt-cinquième anniversaire de sa fondation, il avait projeté l’organisation d’une exposition d’importance exceptionnelle ; les préparatifs de l’Exposition universelle de 1913 lui suggérèrent la pensée de retarder cette solennité afin de la faire coïncider avec la World’s Fair; ce projet fut très favorablement accueilli par la Direction générale; une convention fut élaborée aux termes de laquelle le Cercle Van Houtte assumait l’organisation des Floralies d’été, du 9 au 17 août 1913.

Pareille entreprise pouvait sembler téméraire après le succès retentissant de l’Exposition florale de la Société Royale d’Agriculture et de Botanique. L’audace des chefs du Cercle Van Houtte ne s’arrêta pas longtemps aux inévitables objections suggérées par la prudence.

Au début, le projet ne comportait que l’utilisation de la salle de 6.000 mètres du Palais des Fêtes, dénommée la serre chaude. Mais bientôt les adhésions affluèrent au point que le Comité se vit entraîné à déborder dans l’immense halle de 14.000 mètres ; pareille extension du programme devait amener les dirigeants à donner aux Floralies d’été une importance aussi large qu’à leurs aînées du printemps.

Assurés du concours des horticulteurs belges et étrangers, M. de Hemp tin ne et ses collègues n’hésitèrent pas ; avec une belle vaillance et une énergie inlassable, ils développèrent leur programme et lui donnèrent une ampleur considérable. Les 557 concours furent divisés en dix-huit groupes ; en mémoire de Louis Van Houtte, le Comité inscrivit au programme un concours réservé aux plantes introduites, obtenues ou répandues dans le commerce par le grand horticulteur dont le Cercle s’honore de porter le nom.

Les participations furent nombreuses ; la Belgique donna avec entrain ; l’horticulture française suivit l’exemple des industriels et des artistes de ce pays ; l’Angleterre eut un contingent important, comme la Hollande et d’autres pays.

La saison d’été imposait des concours et des participations différentes de ceux qui avaient assuré le succès des premières floralies ; l’absence de l’azalée, cette fée des expositions du printemps, privait les organisateurs d’un important élément décoratif. Une autre difficulté ressortait de la transformation qu’avait subie la grande salle des fêtes depuis les Floralies du Printemps ; aux deux extrémités, de vastes estrades avaient été construites en vue des concours hippiques, des grands concerts et des fêtes de tous genres qui se succédèrent pendant toute la durée de l’Exposition universelle.

Avec un goût très affiné et une réelle maîtrise, M. Henri De Wilde, directeur des plantations de la ville de Gand, se joua de ces difficultés et fit servir ces éléments au succès de l’entreprise. Son plan fut un chef-d’œuvre ; le grand parterre du centre était en contre-bas ; on y accédait par des escaliers ; d’innombrables bégonias aux teintes vives et variées y entouraient un bassin renfermant une sélection de nénuphars de différentes couleurs ; de part et d’autre du parterre central, des massifs ménagés avec goût séparaient les collections, tout en reliant le centre par des vallonnements aux deux grandes estrades ; celles-ci transformées en collines de verdure et de fleurs complétaient admirablement le décor ; l’une consacrée aux orchidées, était séparée de la salle par une clôture en treillis garnis de roses et de clématites ; l’autre, était transformée en jardin alpin par le rocailleur réputé, M. Du Milieu ; les établissements Van Houtte y avaient réuni une collection exceptionnellement nombreuse des plantes introduites par leur fondateur ; parmi les essences du Brésil et de la Colombie, la fameuse Victoria Regia étalait ses vastes feuilles sur l’eau d’un bassin ménagé dans les enrochements ; du haut de ce jardin, la vue portait au dessus des parterres jusqu’aux orchidées, à l’autre extrémité de la salle ; et lorsque le promeneur escaladait l’autre estrade, il voyait se succéder à ses pieds les orchidées, les arceaux garnis de roses, les multiples parterres de la flore estivale, et son regard rencontrait, au fond de la salle, toutes les nuances des verts et des jaunes mêlés aux tons grisâtres des enrochements.

De part et d’autre de la salle de concert, les annexes renfermaient une moisson riche et variée de glaïeuils, de dahlias, de roses, de pois de senteurs ; plus de 5000 fleurs coupées étalaient une riche gamme de toutes les formes et des plus éblouissantes couleurs. Ailleurs, des rosiers, transformés, par des mains habiles mais insouciantes de la nature de la plante, en aéroplanes ou dirigeables, étaient entourés de géraniums et de salvias; le pavillon de la ville de Namur renfermait un lot varié de plantes fleuries.
L’ensemble était à la fois pittoresque et captivant ; au dire de la Tribune Horticole, « ce fut une débauche merveilleuse de richesses florales ». La presse belge et étrangère a consacré le succès de cette exposition ; tous ses visiteurs ratifieront le jugement de M. Charles Pynaert, qui terminait un compte-rendu en disant que les Floralies du Cercle Royal Van Houtte peuvent être inscrites en lettres d’or dans les annales de l’horticulture nationale.

Par une double manifestation d’envergure exceptionnelle, les horticulteurs gantois ont donné le spectacle de leur science et de leur persévérante ardeur au travail. En moins de quatre mois, ils ont organisé deux expositions dont l’importance et la qualité des apports ainsi que la somptuosité de plusieurs participations ont attesté la vitalité de l’industrie horticole belge, ha succession rapprochée de ces fêtes florales provoque une légitime fierté patriotique.

Un autre pays pourrait-il réaliser une entreprise pareille à celles de la Société Royale d’Agriculture et de Botanique et du Cercle Royal Van Houtte? Si la première a l’incontestable privilège d’avoir ouvert la voie et d’avoir progressé sans cesse, le second a le mérite d’avoir osé suivre l’exemple de son aînée et de l’avoir égalée, nonobstant toutes les difficultés résultant de la date rapprochée des deux entreprises, heurs deux comités directeurs et spécialement leurs présidents, MM. A. Cahier et Joseph de Hemptinne ont bien mérité de l’horticulture et de la patrie belge.

©Livre d'Or de l'Exposition Universelle & Internationale de Gand 1913