Retour - Liste Pavillons

Présentation Détaillée


Présentation Détaillée à l'exposition de Gand 1913

Au centre, la Grand’place, avec son terre-plein, sa fontaine publique, son petit kiosque, ses parterres de fleurs.

Tout autour, la beurrerie L. Mélotte et le Pavillon des Eaux et Forêts. Puis, la Maison communale coquette, encapuchonnée de hauts combles d’ardoises, donnant du caractère à la perspective de la petite place qu’enjolivaient ses volets de couleur rabattus sur les murailles claires. En face, la maison du bourgmestre et une partie de la ferme Ollendorff.

De l’autre côté, l’église massive mais attirante dégageant un calme reposant, avec sa nef romane et ses vitraux aux pampres mystiques; puis, tout près, la traditionnelle auberge.

Dès l’entrée de l’Exposition, voici la ferme Moreels, contiguë à la beurrerie J. Mélotte, et l’école ménagère agricole installée dans les jardins de la maison du bourgmestre. Plus loin se dressait l’auberge du Milage avec son garage pour automobiles; puis la librairie et la pâtisserie ; non loin, la ferme Von Ollendorff,
la forge Comhaire, le magasin des écrémeuses Persoons, le bâtiment des Postes et Télégra phes. Près de la Plaine des Sports, l’école-modèle avec son avant-cour fleurie, ses préaux, ses arbres, son jardin ; puis la grande ferme du comité avec sa toiture aux nombreuses lucarnes, la maison du menuisier apiculteur.

Dans le grand hall contigu à la Maison communale, l’exposition des machines aratoires A. Mélotte ; l’école temporaire de mécanique agricole ; la maison de l’horticulteur aux tons clairs, avec sa clôture simple et charmante ; le logis du jardinier et une maison ouvrière ; une villa de rentier, convenant aux bords de la mer comme aux champs, avec terrasse et loggia pour la sieste ou la rêverie. Et, dominant tout l’angle extrême du village, un gigantesque aermotor qui fait paraître les logis d’alentour plus petits, plus coquets, plus gracieux.

Plusieurs de ces constructions avaient été réalisées par des exposants des groupes de l’Agriculture, et de l’Horticulture; les firmes J. Mélotte, Société anonyme des Charrues de Gembloux, Persoons, Mooreels, le Comptoir Belge de Sulfate d’ammoniaque, l’Anglo-Continentale Guano Works, avaient exposé leurs appareils ou leurs produits sous cette forme intéressante. Cependant, un nombre assez grand d’exposants ressortissant aux groupes susdits n’avaient pu trouver place dans les maisons du Village Moderne. Ce fut la raison qui détermina le Comité organisateur à créer un hall d’exposition masqué par la Maison communale.

Ce hall mesurant environ 1100 m2 figurait une usine installée dans la commune et groupait des graines, des céréales, des trophées d'épis, des outils, des appareils d’aviculture, d’horticulture, du matériel de désinfection, des produits agricoles alimentaires d’origine végétale, un très joli stand consacré aux sels de potasse, etc. ; aux panneaux pendaient des aquarelles ; deux statues de paysans flamands achevaient de donner à ce hall un agréable aspect décoratif.

Le pavillon des Eaux et Forêts avait également trouvé place au Village Moderne ; il y faisait bonne figure. Dans ce pavillon rustique, qu’entourait un coquet jardin planté d’une collection de conifères, on remarquait notamment une collection très intéressante d’échantillons des principales essences cultivées en Belgique, avec leurs défauts, les maladies qui les attaquent, les insectes qui les occasionnent, les différentes espèces de poissons qui peuplent nos eaux douces, ainsi que quelques espèces étrangères dont l’acclimatation est recommandable. Dans ce domaine, les visiteurs trouvaient également des poissons exotiques pour aquariums, des plantes et des insectes aquatiques, des engins de pêche, des outils de pisciculture, etc.

La chasse était représentée par des collections d’oiseaux qui n’avaient jamais figuré dans des expositions antérieures, ainsi que des quadrupèdes, des oiseaux albinos, des pièges, des fourrures, des plumes, etc. Un diorama représentant l’embouchure du Zwijn avec sa faune, attira spécialement l’attention des visiteurs.
Dans le compartiment réservé à la voirie et aux améliorations hydrauliques, furent exposés des cartes et des diagrammes donnant des renseignements sur l’état actuel des chemins vicinaux, ainsi que sur les travaux effectués par les divers pouvoirs publics pour l’amélioration des chemins et des terrains fangeux.

Le Village Moderne ne fut pas seulement une attraction de premier ordre pour l’Exposition de 1913 ; ce fut avant tout une œuvre sociale au premier chef ; ses résultats dépassent la durée de son existence ; il est le point de départ d’une rénovation de la vie rurale.

L’honneur en revient avant tout à M. Paul De Vuyst qui a préparé l’entreprise de longue main et en a été l’âme. Grâce à son intelligente conception, grâce au concours de collaborateurs intelligents et dévoués, le Village Moderne s’est imposé à l’attention ; il est la formule d’avenir de toute exposition agricole ; c’est la meilleure récompense qui puisse échoir à ceux qui ont assuré son succès exceptionnel.

Il est juste d’associer au nom de M. De Vuyst, ceux de MM. Jules Maenhaut, Jules Mélotte, F. Graftiau, Firmin de Smet, J. Giele et Léon Verstraeten ; l’organisation de cette entreprise a été laborieuse ; il a fallu aplanir des difficultés en apparence insurmontables. L’énergie, la patience, la persévérance des membres du Comité ont écarté tous les obstacles. Us ont droit à la reconnaissance des agriculteurs et de la Belgique entière.

©Livre d'Or de l'Exposition Universelle & Internationale de Gand 1913