Retour - Liste Pavillons

Aperçu Général


Aperçu Général à l'exposition de Gand 1913

A l’une des extrémités de l’Exposition, dans l’espace triangulaire délimité par la chaussée d’Audenaerde, l’ancien chemin de fer de Gand à Courtrai, le Hall international, un espace de trois hectares et demi avait été réservé au Village Moderne.

Le but du Comité d’études du Village Moderne, a dit excellemment M. Em. Tibbaut, membre de la Chambre des Représentants et président du Conseil supérieur de l’Agriculture, a été « d’assurer à la participation agricole un cadre approprié et de poser ainsi devant le grand public l’intéressant problème de la vie rurale contemporaine du Village Moderne. En collaboration avec le Comité exécutif, le Comité d’études organisa la collectivité du monde agricole, dans laquelle les exposants eurent la légitime ambition de faire apprécier à leur valeur les produits de leur activité, mais qui avait pour but social et économique d’offrir, à l’examen critique des visiteurs, des types de constructions et de bâtiments groupés en village, de les voir analyser, discuter, d’en faire connaître les défauts et de suggérer des améliorations : tel était le vœu du Comité d’études. La discussion du problème, à laquelle chacun pouvait participer, portait ainsi sur des objets concrets; elle prenait un caractère positif, objectif, pratique et pouvait faire plus pour le progrès que les dissertations les plus éloquentes. »

Ces lignes sont extraites de la préface écrite par M. Tibbaut pour le livre commémoratif du Village Moderne. Cette publication, à laquelle collaborèrent des hommes particulièrement autorisés, est trop développée pour que nous puissions en donner ici un aperçu complet. Ce Livre d’Or devant signaler toutes les manifestations de l’Exposition universelle, nous devons nous borner à signaler les caractères principaux du Village Moderne et à suggérer le souvenir par l’image.

Le Village Moderne était donc une agglomération rurale constituée selon les principes modernes, conçue suivant des principes rationnels et pratiques, mais avec un réel souci d’élégance, de simplicité et surtout de l’hygiène bien entendue.

On pourrait écrire d’innombrables pages sur les errements des bâtisseurs de constructions rurales. Que de maisons prétentieuses, que de salons ridicules, que de jardinets étriqués ont déjà pris la place de la belle et saine maison paysanne d’antan. Mais d’autre part, que de préjugés à déraciner, que de méthodes nouvelles à implanter pour conserver du passé ce qu’il avait de beau et de pratique et détruire les errements enracinés.

©Livre d'Or de l'Exposition Universelle & Internationale de Gand 1913