Retour - Liste Pavillons

Palais de la Marine Marchande



Le Palais de la Marine marchande comportait un grand nombre de navires en réduction, jouets scientifiques, luxueux, qui évoquaient la mer, les grands voyages à bord de ces salons flottants que sont les grands transatlantiques modernes et dont les escales et les termes de voyages sont des noms de villes étranges, lumineuses, pleines de parfums : Tunis, Beyrouth, Aden, Singapour.

Les Forges et chantiers de la Méditerranée, les Chantiers et ateliers de St-Nazaire, les Chantiers de Provence, la Compagnie générale transatlantique, la Compagnie de messageries maritimes, la Société de Navigation Sud-Atlantique, exposaient les modèles les plus récents des grands paquebots qui, partis des ports français, sillonnent toutes les mers du monde, de même que des bateaux spéciaux affectés à la pêche, aux travaux de dragage, etc.

A côté de ces navires en miniatures qui faisaient rêver les esprits aventureux et les enfants, figuraient des appareils de sauvetage, des phares, le matériel des scaphandriers, etc.
Enfin, les expositions de la Compagnie universelle du Canal maritime de Suez et des grands ports français, ainsi que les graphiques émanant du bureau Veritas, de la Ligue Maritime française, etc., ajoutaient une note documentaire à l’aspect pittoresque du pavillon.

Celui-ci avait été édifié et installé sous la direction de M. de Monzie, député et sous-secrétaire d’Etat de la Marine marchande, dont nous avons eu l’occasion, dans une publication précédente, de rappeler le rôle brillant à l’Exposition de Liège en 1905.

M. de Monzie avait délégué à Gand, un homme, qui, à Liège où il était alors consul, fut l’organisateur habile et dévoué de la participation coloniale. Promu depuis lors aux importantes fonctions de consul général de France à Anvers, M. Crozier assumait à Gand, outre les fonctions susdites, celles de commissaire des colonies.

©Livre d'Or de l'Exposition Universelle & Internationale de Gand 1913