Retour - Liste Pavillons

Italie


Italie à l'exposition de Gand 1913

L’année 1912 fut grosse de menaces pour la paix; aussi l’Italie en guerre avec la Turquie, ne crut-elle point pouvoir promettre son concours officiel à l’Exposition de Gand; mais un ingénieur italien éminent, le commandeur Ernest Todros, fixé en Belgique depuis vingt-sept ans, résolut d’organiser lui-même et à ses frais une section italienne; la considération et le prestige dont il jouissait dans le monde industriel belge, français et italien, garantissaient le succès.

Commissaire de la section italienne, M. Ernest Todros s’entoura de collaborateurs exprès et dévoués MM. Pilade Todros, Darche et Assandro, qui remplirent avec activité respectivement les fonctions de commissaire adjoint, de directeur et de secrétaire, auxquels se joignit M. Uttini, qui avait grandement contribué à la participation italienne aux expositions de Liège et de Bruxelles.

La propagande que ces organisateurs firent auprès de leurs compatriotes fut si adroitement menée et si bien comprise, qu’ils purent faire édifier à front de l’avenue des Nations, un vaste palais occupant une surface de plus de 2.500 mètres carrés et qui, par l’ensemble de ses éléments architecturaux de style Renaissance, obtint un légitime succès.

A côté de nombreux marbres florentins, on y voyait tout ce que l’Italie produit dans le domaine décoratif : cristaux de Venise d’un effet si magique aux lumières électriques, céramiques témoignant par leurs dessins de l’instinct d’art inné de leurs artisans, mosaïques dignes de garnir des demeures princières, bijoux divers, meubles incrustés, soies admirables, broderies somptueuses, bref, tout ce que l’Italie, terre des édifices grandioses, a inventé pour leur ornementation.

Le sol généreux de l’Italie est fertile en fruits; ses vins sont renommés; le pays produit en abondance les Asti, les Lacrima Christi, les Chianti, les Muscat, les Vermouth et une foule de liqueurs qui dérivent de l’industrie vinicole, trop connues pour en faire ici la nomenclature.

Dans le domaine alimentaire, l’Italie montrait ses pâtes célèbres, les « samali » savoureux, les confiseries, les conserves de fruits et de légumes, les huiles limpides, sans lesquelles il n’est pas de cuisine du Midi authentique. Enfin, un compartiment intéressant pour le chercheur était réservé à des documents industriels et commerciaux où s’avérait une nation bien moderne dans son activité et ses aspirations.

©Livre d'Or de l'Exposition Universelle & Internationale de Gand 1913