Retour - Liste Pavillons

Section Espagnole


Section Espagnole à l'exposition de Gand 1913

Malgré la proximité de l’Exposition de Bruxelles de 1910, l’Espagne voulut figurer parmi les nations qui, en 1913, à l’occasion de la World’s Fair gantoise, apportèrent à la Belgique leur tribut de sympathie. Ce fait heureux, s’il prouve l’attention bienveillante avec laquelle l’Espagne et ses nationaux suivent nos efforts et nos grandes manifestations, fut aussi dû, pour une bonne part, aux efforts et à la persévérance de M. Fuis Agusti y Monjonell, commissaire de l’Espagne. C’est grâce à ses démarches, à son travail opiniâtre, que l’Exposition de Gand dut la section espagnole.

Les efforts du distingué commissaire furent suivis avec un intérêt bienveillant et encouragés par l’éminent ministre d’Espagne à Bruxelles, M. le marquis de Villalobar.

Les collaborateurs de M. Agusti furent MM. Sébastien Conas Rizzo, Alexandre Hess et l’avocat Poil; le Gouvernement espagnol, voulant donner une preuve de l’intérêt qu’il portait à l’entreprise, délégua M. Gustave Thienpont, consul d’Espagne à Gand, pour prêter à M. Agusti ses bons offices ; ces concours firent de la section espagnole, l’une des plus jolies et des plus intéressantes de la World’s Fair gantoise.

Avec ses tons jaunes, son architecture où se mariaient les éléments mauresques et renaissance, il représentait d’une façon originale et prenante, le grand pays ensoleillé, qui joint à l’activité commerciale de l’arabe, le sens artistique de l’homme du midi. Son architecte fut du reste, un homme dont il est superflu de faire ici l’éloge, M. Van de Voorde, l’architecte principal de l’Exposition.

A l’intérieur, de coquettes et pimpantes vitrines, disséminées dans un cadre fleuri, renfermaient les produits qui se rapportaient à quelques-uns des groupes de la classification générale, à la librairie et à l’imprimerie, aux industries chimiques, aux industries du vêtement, à l’alimentation, à la joaillerie et à l’orfèvrerie. Les stands de ce dernier groupe étaient très remarqués; les bijoux espagnols sont connus et recherchés pour leur originalité, leur bon goût, et le fini de leur travail.

Le grand royaume Ibérique possédait donc à Gand, en 1913, une très intéressante représentation; malheureusement peu de temps après son inauguration par notre Ministre de l’Industrie, un incendie détruisit le pavillon et les richesses qu’il contenait.

Le Commissaire M. Luis Agusti y Monjonel, loin de se décourager, s’efforça de reconstituer une nouvelle section à l’avenue du Belvédère; les exposants firent un nouvel envoi de leurs produits qui purent encore être soumis aux appréciations du jury.

©Livre d'Or de l'Exposition Universelle & Internationale de Gand 1913