Retour - Liste Pavillons

Aperçu général


Aperçu général à l'exposition de Gand 1913

Placé à la jonction de la Cour d’honneur et de l’Avenue des Nations, le palais de la section anglaise couvrait une superficie d’environ quinze mille mètres carrés.

La halle centrale contenait les machines textiles et autres. Les galeries entourant la partie centrale étaient affectées aux Arts décoratifs, à la prévention et à la guérison des maladies tropicales, ainsi qu’aux travaux de plusieurs départements ministériels ; dans une salle de lecture, dessinée et décorée par Frank Brangwyn, on avait réuni une collection importante des journaux techniques et industriels de la Grande-Bretagne.

Au point de vue de la filature du lin et du coton, la section britannique présentait un intérêt majeur ; depuis longtemps, les constructeurs anglais sont les fournisseurs de la grande industrie gantoise ; la concurrence leur dispute vivement ce marché ; le souci de leurs intérêts leur commandait d’affirmer à Gand les qualités de leur matériel ; on connait au surplus l’importance des firmes telles que Fairbairn, Fawson, Combe et Barbour de Belfast, John Hetherington and Sons de Manchester, Platt brothers and Co d’Oldham.

Outre les machines de l’industrie textile, la halle centrale renfermait des spécimens remarquables de matériel pour constructeurs, machines-outils, machines-motrices, presses à composer et à imprimer, machines agricoles, machines pour la métallurgie, appareils nombreux et divers pour l’électricité, les automobiles, les cycles, les tramways, la navigation, l’aéronautique.

Il faut louer la méthode qui a présidé à toute cette organisation ; la section anglaise était bien conçue ; on en saisissait aisément le programme clair, simple, éminemment pratique ; le visiteur non initié s’assimilait aisément la leçon ; la galerie relative aux maladies tropicales méritait les plus grands éloges.On n’aurait pu mieux montrer les progrès accomplis à la fois dans les recherches scientifiques et dans les mesures administratives, prises en vue de la lutte contre les maladies tropicales dans l’Empire britannique; cette exposition attestait l’initiative du Gouvernement anglais en cette matière.


Les résultats sont en effet remarquables ; une carte indiquait la diminution du taux de la mortalité et des infirmités contractées par les Européens dans les possessions britanniques de l’Afrique Occidentale au cours de la dernière période décennale. Les organisateurs, parmi lesquels il faut citer MM. Harris et Wintour, le distingué commissaire général de la section anglaise, ont voulu présenter l’historique et la pathologie de chacune des treize maladies offrant les plus graves problèmes de prophylaxie et d’hygiène, notamment la lèpre, la peste, la maladie du sommeil, la malaria.

Le « British Museum » avait gracieusement entrepris la documentation nécessaire aux travaux des entomologistes et des biologistes ; un manuel clair et méthodique contenait un exposé des treize maladies ; chacune d’elles était décrite par un spécialiste ; sans sacrifier la partie scientifique du sujet traité, chaque auteur s’est efforcé d’éviter l’emploi des termes techniques qui auraient pu rendre les notices inintelligibles pour la majeure partie des visiteurs. Avec un sens pratique digne d’éloges, le Comité organisateur a voulu montrer au public la manière dont ces maladies se propagent dans les colonies anglaises et les mesures administratives qui les combattent victorieusement.

Nous devons nous borner à citer le nom de ces treize fléaux, sans nous attacher à résumer dans ce Livre d’Or les études écrites pour chacun d’eux ; ce sont la malaria, la maladie du sommeil, la fièvre récurrente ou Tick fever, la leishmaniose ou maladie causée par les parasites du genre leishmania, la peste, le choléra, la fièvre typhoïde, la lèpre, la fièvre méditerranéenne ou fièvre ondulente, l’ankylostomiase, les filaires de l’homme, la fièvre jaune, le béri-béri.

Appréciée dans son ensemble, la section des maladies tropicales échappait au reproche de la banalité ; son succès fut marquant et récompensa ses savants organisateurs.

©Livre d'Or de l'Exposition Universelle & Internationale de Gand 1913