Retour - Liste Pavillons

La Boucle


La Boucle à l'exposition de Liège 1905

Qui ne connaît le Looping the Loop, importé d’Amérique?

A Londres, à Paris comme à New-York sa vogue a été rapide, irrésistible; c’est qu’il est par excellence dans la note des temps présents de modem style; il vient à son heure, une heure où les imaginations blasées et les corps exacerbes cherchent avidement des sensations inédites. Non seulement il faut du nouveau à nos appétits de sport et de plaisir, mais il faut encore je ne sais quel piment d’irrévélé de snobisme, de fantastique déliquescence.

L’esprit Yankee si inventif et si outrancier l’a bien compris. Que de jeux athlétiques sinon académiques il a mis à la mode! Hier c’était son cake-walk d’autant plus renversant qu’il est à la fois une provocation de la femme, le triomphe de son sein assoupli et la friandise la plus sensuelle de nos regards.

Mais que parlons-nous du Cake-walk, je sais maintes jeunes filles et femmes accomplies qui sont réfractaires à ces déhanchements et à ces torsions effrénées. Proposez-leur plutôt le Looping. Ah! cette Boucle elles en raffolent et pour cause!

La vérité c’est que pour le psychologue comme pour l’observateur il y a là toute une gamme inexplorée, un pêle-mêle inattendu de sensations soudaines, successives, saisissantes par le contraste et qui vous laissent également fasciné et charmé! Le wagonet où vous prenez place et où vous êtes protégés contre vous-même par les précautions aimablement tutélaires est un moelleux fauteuil. Un instant pour vous mettre à l’aise et la puissance motrice qui va d’un bond et tout d’une traite vous projeter en avant sera mise en branle. Aucun heurt, pas une secousse, pas le moindre tangage, la piste est si unie qu’on est comme dans un lit de plume; mais si rapide est le roulement du train que c’est une sensation à nulle autre pareille d’être transporté dans l’espace avec cette vitesse vertigineuse.

On a beau brûler allègrement une cigarette ou un cigare, la Boucle a raison de la placidité des uns aussi bien que des défis des autres. Elle fait tressaillir tout l’être, elle le remue jusque dan9 ses plus intimes replis, on plonge dans l’irréel... J’essaye de traduire tant d’ineffables jouissances mais aucune image ne saurait le9 rendre tant elles sont promptes, fugitives, opposées et confuses! Le mieux est d’en faire soi-même l’expérience, expérience qui n’offre aucun danger en allant faire le voyage de la Boucle dans le magnifique établissement unique en son genre et installé au quai Mativa, derrière le Palais de l’Alimentation Française où aux sons d’un orchestre incomparable vous pouvez boucler joyeusement la Boucle.

©Guide Remboursable Illustré - Liège 1905