Retour - Liste Pavillons

Economie Sociale


Economie Sociale à l'exposition de Liège 1905

L'organisation de la section belge d'Economie sociale, l'ampleur, la parfaite ordonnance et le cachet artistique de ses installations, l'admirable enseignement qui se dégageait de l'énorme quantité de matériaux aussi judicieusement choisis que méthodiquement présentés: c'est ce que M. de Sadeleer, président du groupe XVI, a parfaitement décrit dans le discours qu'il prononça, à Liège, le 15 octobre 1905, au banquet offert, en témoignage de sympathie et de reconnaissance, à M. Jean Dubois, Commissaire spécial, par les exposants des classes 101 à 110, ayant à leur tête les présidents des Comités d'organisation.

Une Exposition d'Economie sociale, disait M. de Sadeleer, est particulièrement difficile à organiser. Il faut, en effet, faire appel à des institutions, à des hommes qui n'ont aucun intérêt personnel à exposer leurs travaux, et ces travaux eux-mêmes, dans la plupart des cas, se prêtent peu à être présentés sous une forme attrayante pour le public. De là, une double difficulté à vaincre.

Encouragé par de hauts personnages, pouvant compter sur l'appui dévoué des personnalités éminentes qui ont accepté de faire partie des Comités de classe, notre Commissaire spécial est parvenu, à force d'énergie et de persévérance, à s'assurer le concours de tous ceux qui, en Belgique, à un titre quelconque, s'intéressent au progrès des questions sociales.

La participation des organismes officiels, tels que la Caisse générale d'Epargne et de Retraite, les Comités de patronage des habitations ouvrières, la Commission permanente des Sociétés de secours mutuels, les diverses sections de l'Office du Travail, fut acquise dès le début.

Mais, il restait à obtenir celle de nos nombreuses mutualités, des sociétés coopératives de crédit, de production et de consommation, des sociétés de crédit agricole, des sociétés de construction d'habitations ouvrières, des sociétés d'assurances contre les accidents, des grands établissements industriels ayant fondé des institutions pour le bien-être de leur personnel, des chefs d'entreprise ayant réalisé des améliorations en matière d'hygiène ou de prévention contre les accidents.

Pour arriver à ce résultat, le zèle de M. Dubois ne s'est pas lassé un instant pendant une période de deux années, et ce, malgré d'autres occupations, très absorbantes.

Mais il ne suffit pas d'inscrire un nombre considérable d'adhérents, il faut encore les décider à donner , à leur participation ce cachet attrayant que réclame le visiteur. Et c'est surtout ici que s'affirme le succès de la section d'Economie sociale, grâce aux efforts constants de celui qui en fut le principal organisateur.

Dans un cadre d'une élégance discrète, dû au talent de M. l'architecte Hellemans, M. le Commissaire spécial est parvenu à disposer avec un goût parfait les tableaux, les diagrammes, les meubles envoyés pour les dix classes comprises dans ses attributions.

Nous pouvons l'affirmer hautement, l'Exposition des différentes classes de l'Economie sociale à Liège a dépassé très notablement tout ce qui a été fait dans les Expositions universelles et internationales précédentes. Cartes, diagrammes, photographies, tableaux statistique, enquêtes, rapports de Comités et de Sociètés, plans-types, projets de construction d’habitations à bon marché envoyés à profusion, démontrent l’effort considérable accompli dans ces dernière années, spécialement en ce qui concerne la mutualité, la retraite, l’assurance, la sécurité des ateliers et l’amélioration des logements des classes laborieuses.

L’exposition de la Belgique dans le groupe XVI occupe une superficie de 1100 mètres carrés et se développe sur 3000 mètres carrés de cloisons.

Cette superficie totale a néanmoins été insuffisante. Personne ne s'en étonnera lorsque je dirai, et je le fais avec une vive satisfaction, que le nombre des exposants de notre groupe a dépassé le chiffre de 1.500! Il fallut recourir à des annexes installées dans les jardins et à ce splendide groupement des maisons ouvrières édifiées sur le riant plateau de Cointe, qui a été comme le couronnement de notre oeuvre philanthropique et où l'intelligente collaboration du président de la classe 106, du dévoué M. Lépreux, nous a été d'un si précieux secours. Aussi notre oeuvre a-t-elle été l'objet des appréciations les plus flatteuses de la presse belge et étrangère.

Le 9 septembre dernier parut dans un des grands quotidiens de New-York une étude comparative sur les sections de l'Economie sociale aux Expositions de Paris, Saint-Louis et Liège. L'auteur, après avoir fait ressortir le mérite des installations de Liège, la beauté des compartiments, l'aspect des objets exposés qui attirent, par eux-mêmes, l'attention méditative du public, conclut: Pour la première fois dans l’histoire des expositions, la ville de Liège a. eu des installations vraiment dignes de l'Economie sociale. Il lui était réservé de réaliser la plus méritante des expositions encore connues à ce jour. La section belge restera mémorable dans l'histoire des Expositions sociales.

Il n'est guère étonnant, dès lors, que le jury international ait décerné aux exposants de notre groupe de nombreuses et hautes récompenses. Et vous permettrez de dire à cette occasion que le jury fut présidé par un homme dont la grande autorite et la compétence exceptionnelle sont reconnues par tous, par M. le directeur-général Morisseaux, l'éminent prédécesseur de M. Dubois à la direction de l'Office du Travail, à qui je suis heureux de pouvoir rendre ici au nom du groupe XVI un sincère et légitime hommage.


Cette esquisse de la participation belge dans le groupe de l'Economie sociale contient une lacune qu'il serait injuste de ne pas combler.

Une grande part du succès est due à l'honorable président: sa haute personnalité, l'universelle sympathie dont il jouit, les fonctions élevées qu'il occupa aux Expositions de Bruxelles 1897 et de Paris 1900, devaient inspirer pleine confiance aux directeurs d'institutions économiques ou sociales, aux chefs d'établissements industriels, aux hommes d'oeuvres dont l'adhésion était sollicitée en faveur de la World's Fair de Liège.

Essayons de retracer la physionomie de ces dix salles, dont la première, installée avec un luxe discret, formait le Salon de l'Office du Travail: toutes les publications de cette laborieuse administration y étaient réunies, et l'organisation de ses différents services était figurée dans un grand panneau décoratif, du au talent si justement apprécié de M. Henri Baes.

©Livre d'Or de l'Exposition Universelle de Liège 1905