Retour - Liste Pavillons

Ferme Démonstrative


Ferme Démonstrative à l'exposition de Liège 1905

Parmi les diverses classes du groupe agricole, il y a lieu de signaler particulièrement la classe 35. Celle-ci réalisa son programme par la construction d'une ferme
qui attira l'attention de nombreux visiteurs.

L'idée émise par M. De Vuyst, inspecteur de l'agriculture, d'organiser une collectivité sous forme de ferme-type, rencontra l'approbation unanime dès la première réunion des membres de cette classe. Le projet fut vivement appuyé par M. le président du groupe VII, baron de Moreau, et par M. le Commissaire spécial des groupes VII et VIII, Jules Cartuyvels, inspecteur général de l'agriculture.

M. Eugène Dumont, sénateur à Marbais, en sa qualité de président de la classe 35, a mis toute son influence au service des organisateurs pour faire aboutir le projet. M. De Vuyst fut, dès le début jusqu'à la fin, un collaborateur actif pour les comités techniques et exécutif, ainsi que pour le bureau de la classe 35.

Le sénateur Dumont, président de la Société anonyme de la Ferme Démonstrative, est le représentant le plus autorisé de l'agriculture belge dans notre Haute Assemblée. Depuis un quart de siècle il a attaché son nom à toutes les lois prises en faveur de l'agriculture, de nos industries agricoles, des classes rurales.

La famille Dumont possède et exploite par elle-même plusieurs grands domaines contigus, au coeur des riches plaines brabançonnes qui furent, à maintes reprises, le champ de bataille de l'Europe.

L'exploitation agricole de Chassart, créée au début du XIXe siècle et bien connue de tous les agronomes, est la plus vaste de la Belgique. On y voit fonctionner les industries agricoles les plus variées, toutes outillées et dirigées au dernier progrès: distillerie de grain, malterie immense, moulins à farine, fabrique de sucre, carrières de granit, etc.

Ajoutons que les moeurs patriarcales en honneur au domaine de Chassart et qui régissent les rapports entre les patrons et la nombreuse population ouvrière ne sont pas un des moindres éléments du succès persistant de cette colossale entreprise agricole, dont la Belgique s'enorgueillit à juste titre.

Désireux d'intéresser la généralité des cultivateurs à son oeuvre, la classe 35 entreprit de démontrer d'une façon générale quelques améliorations et dispositions vers lesquelles il y a lieu de tendre dans l'avenir, plutôt que de construire une ferme modèle de telle ou telle région. La construction a donc été appelée Ferme Démonstrative. Outre ces dispositions d'un intérêt général, les visiteurs y ont trouvé des applications des dernières données de la science et surtout des règles d'hygiène de première nécessité dans toute exploitation agricole. Ils ont pu juger, dans leur cadre naturel, les différents matériaux mis à leur disposition, tant pour la construction des fermes nouvelles que pour la transformation des anciennes. On ne s'est pas contenté d'ériger des bâtiments, mais on a présenté une ferme meublée complètement et munie d'un outillage moderne, à la hauteur du progrès, fourni par les industries nationales.

A côté de la ferme était organisé le jardin légumier garni de toutes les plantes maraîchères et médicinales qu'il convient d'avoir à sa portée.

En vue d'atteindre les desiderata des promoteurs, un projet de plan a d'abord été soumis aux observations d'un comité technique, comprenant des spécialistes des diverses régions du pays.

M. H. Van Massenhove, architecte à Bruxelles, a dressé les plans de la construction d'après les conseils de cette commission. L'exécution, le choix des matériaux et du matériel ont été confiés à un comité exécutif, lequel s'est institué en société coopérative sous la dénomination de « La Ferme Démonstrative ».

Afin de résoudre le côté financier, le comité exécutif a fait appel aux agriculteurs du pays ainsi qu'aux personnes s'intéressant spécialement à l'agriculture. Cet appel a été entendu et la Société a pu se constituer le 20 décembre 1904 avec 41 membres fondateurs ayant apporté ensemble un capital de 6.500 francs. Plus tard, quelques nouveaux membres sont venus s'ajouter, portant ainsi le capital de la société à 8.100 francs. Le comité exécutif devint le conseil d'administration de la société.

Evidemment, la somme de 8.100 francs était encore bien insuffisante pour construire, en matériaux durs, une ferme mesurant 45 mètres de long sur 12 mètres de largeur et en plus toutes les dépendances, fosses à fumier et hangar couverts, d'un devis global de 24.600 francs. C'est alors que, grâce à l'intervention de la classe 35, le comité exécutif de la société obtint un subside de 18.000 francs.

Malgré les subsides, la société faisant abandon de son capital, n'aurait pu subvenir à son budget si elle n'avait trouvé le généreux concours de ses exposants, qui les uns ont apporté gratuitement à pied-d'oeuvre leurs matériaux; les autres ont préféré en garder la propriété tout en intervenant dans les frais en payant une cotisation de membre d'honneur. Poursuivant le but du Comité technique et voulant justifier le titre adopté pour la ferme, le comité exécutif s'est efforcé d'obtenir la plus grande diversité dans les matériaux mis en oeuvre.

Il s'est adressé à tous les industriels, priant chacun de venir montrer sa spécialité et il a obtenu: les fondations en moellons avec feutre en asphalte pour empêcher l'humidité du sol de monter dans ks murs; — les soubassements en mosaïques de grès; — les pierres taillées en calcaire et en grès artificiels; — les murs en briques spéciales de façade et en briques ordinaires; — les revêtements en faïence, en majolique et en ciments; — les boiseries imprégnées au carbonyle; — les voûtes en briques, en béton et plafond isolé avec la quercine; — les cloisons au moyen des plaques Belgica; — les toitures en ardoises à crochets, en tuiles à recouvrement et en tôles ondulées; — les grillages en bois et en fer forgé.

La même diversité a été maintenue dans l'aménagement intérieur de la ferme et dans tout le matériel. Pour ce dernier, chaque constructeur a fourni de préférence la machine ou l'outil constituant sa spécialité. Le nombre d'exposants s'élevait au total à 42 qui, après approbation du Commissariat général, ont été admis à concourir dans leurs classes respectives, avec droit aux récompenses réglemientaires.

L'ensemble des bâtiments comprenait: une maison d'habitation, une écurie,- une étable, une porcherie, une infirmerie, un poulailler, un hangar pour la préparation des aliments, une grange, un hangar pour instruments aratoires, une fosse à fumier couverte.


Jardin et Verger de la Ferme.

M. J. Debeur, président de l'école professionnelle d'horticulture de Liège, et M. Marchandise, chef de culture au Jardin botanique de Bruxelles, se sont spécialement occupés du jardin et du verger attenant à la ferme. Les démonstrations y étaient faites par les élèves de l'école d'horticulture de Liège, sous la direction de M. Lecrenier, professeur.

Au verger se trouvaient les principales variétés d'arbres fruitiers, ainsi que les moyens de les protéger pendant leur jeune âge.


Démonstrations d'économie domestique.

La classe 35 de l'Exposition (Enseignement spécial agricole) a organisé dans la Ferme Démonstrative des démonstrations d'économie domestique et de laiterie, sous la direction de M. Thomas, agronome de l'Etat, à Grivegnée. Ce sont les maîtresses des écoles volantes de laiterie du pays, aujourd'hui les écoles ménagères agricoles, qui ont été appelées à venir à tour de rôle avec leurs élèves à tenir la place de la fermière et de sa famille.

©Livre d'Or de l'Exposition Universelle de Liège 1905