Retour - Liste Pavillons

Aéroplanes Maxim


Aéroplanes Maxim à l'exposition de Liège 1905

Voici le dernier perfectionnement apporté au carrousel salon qui fut, en son temps, l’idéal moulin cher à nos aïeux jeunes! C’est un immense carrousel en plein air, une sorte de parapluie formidable, dont chaque baleine supporte une embarcation dans laquelle prennent place les amateurs de sensations nouvelles et certes, très agréables.

Le parapluie possède dans son manche une forte machine qui le fait tourner avec une rapidité toujours croissante. Emportées dans l’air, attachées par le haut à des câbles mobiles, les embarcations décrivent un cercle, déroulent une spirale et s’élèvent à mesure que leur mouvement de rotation va croissant. L’appareil s’arrête tout à fait lentement, décrit la courbe d’un ressort de montre et les embarcations reviennent, sans heurts, sans chocs, à leur point de départ.

L’ensemble du voyage est tout à fait intéressant. La montée sur une immense plate-forme d'où l'on découvre la plaine, l'embarquement pour le voyage, le mouvement de cette sorte de nacelle, l’illusion complète d’un voyage dans les airs, la griserie de la vitesse, une appréhension au moment du ralentissement procure ce que Ton peut vraiment appeler une sensation nouvelle, très originale et pas désagréable.

L appareil est sans danger, d’une solidité éprouvée. Il est la mise en pratique de l’invention de l’ingénieur Maxim, le même qui fit les canons célèbres dans la guerre anglo-boer. La machine complète sort des ateliers Cockerill, ce qui suffit à la déclarer sans danger.

Les expériences faites en présence de notabilités techniques et de personnalités du Comité de l’Exposition furent concluantes.

Chaque nacelle, il y en a dix de vingt places chacune, a reçu pour ces expériences la charge de 47 sacs de sable de 50 kilos chacun. Or, le poids le plus grand, pour chaque nacelle remplie de monde, ne peut dépasser 1800 kilos!

©Guide Remboursable Illustré - Liège 1905