Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de Paris 1925

Arts Décoratifs et Industriels Modernes

28 avril 1925 - 25 octobre 1925


Retour - Liste Pavillons

Berry

Berry à l'exposition de Paris 1925

Architecte(s) : Gauchery, Dryer

Entre une double rangée d’arbres du Cours la Reine s’élève une métairie berrichonne, dont l’aménagement a été confié à un de nos meilleurs décorateurs, M. André Burie.

Cette métairie, qu’il a fallu faire tenir dans un emplacement plus que restreint (26 mètres * 11 mètres), comprend :
1° La maison du métayer ;
2° la cour ;
3° la bergerie.

La maison d’habitation n’a qu’un rez-de-chaussée, surélevé par mesure d hygiène, avec façade principale sur la cour ; elle comprend une pièce de réception, une salle commune, une seule chambre, une salle de bains, une salle de matériel contenant le moteur et un lieu de repos servant de vestibule. Un élégant château d’eau en béton est placé à côté du bâtiment d’habitation, à l’abri de toute contamination.

La bergerie a dû être réduite à une seule salle, divisée en trois compartiments par des cloisons mobiles. Une salle de provende avec aire en maçonnerie sert de magasin pour tout un matériel approprié. Enfin, un poulailler et un clapier, adjacents à la bergerie et à la salle de provende, forment un bâtiment de faible importance.

A un angle du terrain s’élève une pergola abritant des spécialités berrichonnes et nivernaises : les confiseries réputées de
Bourges, Nevers, Châteauroux, Saint-Amand, Issoudun, etc. ; les liqueurs fines de Bourges, Saint-Amand, Ourouërles-Bourdelins ; les vins de Sancerre, Chavignol, Pouilly, Meneton, Quincy.

Le manque de place n’a pas permis d’édifier la demeure du fermier et des aides, les bâtiments pour les animaux de la ferme, les granges pour les récoltes, ni les hangars pour les machines agricoles. La plate-forme à fumier et la fosse à purin, devant être placées à bonne distance de l’habitation, n’ont pas davantage pu trouver place sur une surface aussi réduite.

Par contre, l’alimentation en eau et l’évacuation des égouts ont été prévues, ainsi qu’une circulation extérieure dallée permettant de longer les bâtiments à pied sec. Enfin, l’électrification prochaine des campagnes a permis d’envisager diverses applications domestiques de l’électricité.

Ce que nous ne pouvons pas représenter ici, mais ce dont tout le monde peut se rendre compte sur place, c’est tout l’agrément de l’aménagement intérieur moderne, réalisé avec un goût très sûr par M. Burie. L’énorme buffet, les chaises robustes et sans prétention la table massive où tout le monde se réunit pour les repas n’ont rien a envier aux vieux meubles rustiques d’autrefois.

©La Science et la Vie - 1925