Retour - Liste Pavillons

Palais des Fêtes


Palais des Fêtes à l'exposition de Liège 1939

Architecte(s) : Jean Moutschen

On sait que la Ville de Liège est intervenue dans les frais de construction du Grand Palais des Fêtes de l'Exposition dont la propriété devait lui revenir ensuite. C'était l'occasion de doter la Cité d'un palais de dimensions très vastes permettant l'organisation de foires commerciales, congrès, réunions sportives, agricoles et autres.

C'est un hall immense de 90 mètres de longueur sur 40 de largeur et 20 mètres de hauteur, entouré des services nécessaires à son exploitation. Une vaste entrée, où se déploie l'escalier de la galerie, précède le corps de bâtiment principal. Cette galerie, d'une portée de 42 mètres, pouvant contenir 850 personnes, est une réalisation technique des plus hardies. La composition du plan de distribution des locaux est très bien conçue.

D'une architecture très sobre, tendant à faire valoir l'imposant volume du grand hall, le palais marque parfaitement sa destination. Les hauts pilastres interrompant la nudité des façades latérales, rappellent la puissance de l'ossature portante. On pourrait peut-être regretter l'absence de vides dont l'élégance serait venue agrémenter cette architecture, même l'effet du revêtement en terre cuite - un peu trop envahissant sur une surface aussi vaste - y aurait gagné. L'entrée principale, de dimensions aisées, semble cependant trop écrasée par le bas-relief qui la surplombe. Ce dernier est l'œuvre du sculpteur Wansart. D'une facture très nette, bien moderne, il a une très grande valeur sculpturale. Il représente la ville de Liège, les Arts et les Sciences. La façade postérieure est coupée par un « Dionysos » dû au sculpteur Adelin Salle.


- L'Industrie du Froid (cl. 14)

On sait l'importance du froid industriel dont les applications s'étendent dans les domaines les plus variés. Ainsi, en métallurgie, il permet l'assèchement de l'air des hauts fourneaux autorisant de la sorte des économies énormes de combustible,- il assure également la séparation des gaz des fours à coke et spécialement de l'hydrogène utilisé pour la fabrication de l'ammoniaque. En industrie mécanique, citons les essais et la détermination des appareils et matériaux destinés à être utilisés aux basses températures, l'amélioration du rendement des moteurs. Dans l'industrie chimique, il sert à la liquéfaction des gaz et à la récupération des solvants volatils. Dans les mines, il intervient dans le fonçage des puits par congélation des terrains aquifères et dans le conditionnement d'air des galeries. Enfin, dans les industries alimentaires, il aide à la conservation et au transport des matières périssables, sans compter ses nombreuses applications dans les industries diverses et son emploi pour améliorer, dans certaines conditions, le confort et l'hygiène.

Les multiples manifestations de cette classe faisaient l'objet, du point de vue belge, de quelques stands importants à la SECTION DU FROID installée dans une des salles du Grand Palais des Fêtes, ainsi que de quelques participations figurant dans d'autres palais, notamment celui des Industries Lourdes, et d'un pavillon individuel établi en commun par les Sociétés Hamon et Sobelco.

Etaient représentés les appareils frigorifiques à ammoniac et au chlorure de méthyle, les pompes pour frigos, des appareils à carbo-glace, des wagons isothermes, des armoires frigorifiques pour usage domestique, des appareils pour le conditionnement de l'air, des moules à glace, etc. Les Services frigorifiques de l'Etat avaient apporté leur concours à cet ensemble.

Si tous les types d'appareils étaient exposés et toutes les applications du froid schématisées, il y a lieu cependant de faire remarquer qu'aucun effort de synthèse ne fut tenté. Les exposants belges de cette classe furent préoccupés uniquement par le souci de faire de la propagande commerciale. Cependant, l'intervention sans cesse élargie du froid dans la vie domestique était un thème qu'il eût été facile de développer dans un but didactique et éducatif.

Les perspectives d'avenir qui s'étendent de jour en jour pour cette industrie, justifiaient le petit sacrifice matériel nécessaire.

Enfin, c'est dans le cadre des réalisations de la classe 14, qu'il y a lieu d'évoquer la construction de la PISTE OLYMPIQUE DE PATINAGE de l'Exposition. Cette installation, qui fait honneur à notre industrie nationale, fut confiée à une de nos plus anciennes entreprises spécialisées.

Les pistes de patinage connaissent depuis quelques années une vogue croissante. Non seulement le patinage est actuellement fort à la mode, mais encore les exhibitions artistiques et les matches de hockey sur glace jouissent de plus en plus de la faveur du public.

L'Exposition de l'Eau se devait d'inscrire des manifestations de ce genre à son programme. La construction d'une piste fut donc prévue et, en accord avec la Ville de Liège, elle fut établie dans le Grand Palais des Fêtes dont la propriété, comme on le sait, devait revenir à la Ville, à la clôture de l'Exposition. La Cité ardente serait ainsi dotée d'une piste moderne.

Voici une brève description de l'installation.

La piste couvre une surface d'environ 1.500 mètres carrés (58 X 26 m.). Elle est établie sur un terrain bien nivelé sur lequel s'étend un important radier en béton, lui-même recouvert d'une couche isolante faite de plaques de liège aggloméré. Cette isolation est protégée contre les infiltrations par une chape imperméable sur laquelle repose la zone réfrigérante proprement dite, celle dont la construction offre le plus d'intérêt.

Les réseaux réfrigérants en tubes d'acier d'un développement total de plus de 18.000 mètres, sont enrobés dans une couche de béton renforcée par un treillis métallique spécial. Celui-ci est relié aux tuyaux par un grand nombre d'attaches en acier, ce qui améliore sensiblement la conductibilité thermique du système.

Des précautions spéciales ont été prises pour combattre les effets de contraction et de dilatation dues aux variations de température. Elles consistent dans l'emploi d'un béton spécial et dans la création de joints élastiques judicieusement raccordés dans l'épaisseur de la plate-forme. Il est à remarquer d'ailleurs que l'immense table de ciment est libre sur toute sa périphérie, étant donné l'espace d'expansion qu'on a laissé subsister sous la plinthe. Cela permet également de récolter l'eau provenant de la fusion ou du nettoyage de la piste.

Les machines ont été installées dans une des salles latérales du Palais. Malgré l'exiguïté de l'emplacement disponible, on a pu réaliser une installation pratique et d'une conduite aisée.

La saumure froide est fournie par une installation frigorifique des plus modernes comportant, en ordre principal, deux compresseurs d'ammoniaque verticaux, à deux cylindres, à flux continu, d'une puissance de 250.000 frigories chacun. L'un d'eux est suffisant pour assurer l'exploitation en régime normal, l'autre servant de réserve et étant mis en service pour la congélation de la piste ou dans les moments de grande affluence. Chaque compresseur est entraîné par un moteur électrique de 150 CV. Le condenseur prévu pour la puissance des deux compresseurs, est du type vertical à ruissellement intérieur. Ce type est d'une très grande efficacité sous un encombrement réduit; le nettoyage peut en être effectué pendant la marche des appareils.

Le refroidisseur de saumure d'un type vertical breveté par l'entreprise adjudicataire, à circulation rapide, est également d'un encombrement restreint.

Deux groupes moto-pompe, dont un de réserve, assurent la circulation de la saumure dans les réseaux réfrigérants. Les tuyauteries principales d'arrivée et de départ courent dans un caniveau parallèle au grand axe de la piste. Pour ces tuyaux, on a adopté une disposition favorable à une répartition uniforme de la saumure froide sur toute la surface de la glace. De même, la combinaison du circuit assure une égale température partout, d'où découle une consistance uniforme très appréciée du patineur. Des vannes d'arrêt disposées le long des conduites principales, permettent de limiter à 1/3 ou à 2/3 la surface gelée.

Cette piste fut un gros succès pour l'Exposition de Liège. Elle permettait d'y disputer tous les matches officiels de hockey sur glace et toutes les exhibitions de patinage artistique. Chaque jour, à certaines heures, elle était accessible au public qui pouvait s'y livrer à l'aise à son sport favori. Lorsque la salle devait servir à des manifestations d'un autre genre, un plancher facilement démontable était posé sur la piste de façon à mettre tout le vaste vaisseau à la disposition des spectateurs qui ne cessaient de l'envahir lors des fêtes, concerts, etc.

© Rapport Général - Exposition Internationale de la Technique de l'Eau - Liège 1939